Une fin d’année… CHAAAAAARGEEEZ… !!

Prenons un moment (bref) pour parler ensemble de cette fameuse charge de fin d’année. Charge professionnelle (beaucoup de deadlines ont fâcheusement tendance à se caler au 31 du 12…), charge familiale (les fêtes avec leurs lots de cadeaux, de déplacements, de sorties en grandes tenues,…), charge personnelle (l’été et ses jours à rallonges sont bien loin comme son esprit de détente !), charge physique et morale (non, le froid et la pluie ne rendent pas les gens plus sveltes ou plus joyeux…) viennent toutes s’accumuler dans nos cocottes minutes personnelles ! Trêves des confiseurs, Freeze informatique, rien n’y fait : avant les fêtes c’est toujours le rush et ensuite, redémarrer l’année avec un soupçon de motivation devient déjà une ultime bonne résolution !

Le plus amusant c’est que l’écriture même de cet article se fait dans un timing très serré et dans une charge mentale assez lourde avec une vingtaine de sujets en parallèles, en conflits, et avec des niveaux de priorités clairement aux antipodes. Changer les ampoules avant la venue des parents, réparer le problème de changement de vitesse sur le vélo, écrire un email structurant pour le reste de ma vie professionnelle à un ami et client, rédiger un article pour PME magazine… La to-do-list devient aussi lumineuse et chargée que les plus belles guirlandes ! Un bon son dans les oreilles – je peux recommander Two Steps From Hell, créateurs de musiques grandioses qui stimulent et donnent l’impression que nous sommes entrain d’accomplir, nous aussi, quelque chose de grandiose ! – et nous voilà parti à l’assaut de cette montagne de choses à faire.

Encore faut-il viser le bon sommet ! Le sommet «tout-faire-bien-et-vite » est un sommet pour les très grands professionnels aguerris par des années de pratique. Celui « faire-bien-le-plus-prioritaire » est déjà un sacré challenge car entre le versant nord «prioritaire-urgent » et le versant sud « prioritaire-important », beaucoup ont tellement hésité ou louvoyé entre les deux qu’ils n’ont jamais atteint le sommet ! Bien sûr, considérer « faire-ce-que-je-peux-quand-j’aurai-le-temps » comme un sommet alors qu’il s’agit d’une colline paisible pour les vaches qui ruminent est une erreur de poids.

Tout est effectivement une question de poids : chaque tâche importante accomplie est autant de lest lâché qui nous soulage pour monter plus haut et continuer la prochaine étape de notre itinéraire. J’ai fini par acheter un tableau de 50×40 cm et des stylos effaçables pour gérer ma to-do-list. Tout peut se faire dans un smartphone pourrez-vous me rétorquer en me pensant VCVJ – Vieux Con Vieux Jeu. C’est vrai. C’est aussi vrai que mon tableau ne me sert qu’à ma to-do-list, et en période de grande charge, il ne m’offre aucune autre distraction ni échappatoire que de m’afficher mes tâches en 50x40cm. N’étant pas connecté à internet et n’ayant aucune espèce d’interactivité, il me sert juste à dessiner mon itinéraire, à effacer le chemin parcouru et à me concentrer sur la DRAP – Distance Restante A Parcourir. En période usuelle, le smartphone suffit. Quand la charge est aussi lourde à porter qu’elle est intense à vivre pour fondre sur son plus vieil ennemi – ce moi flemmard et procrastinateur- , j’ai fait de ce tableau une arme de défense – contre l’oubli, les prétextes, la faculté à laisser le temps filer – et d’attaque – contre chaque tâche de la plus pénible à la plus harassante-.

Tout un article pour une vague métaphore filée entre la charge de travail/militaire et la montagne me direz-vous ? Et bien pas seulement. J’en viens à l’étoile sur le sapin, à cette caractérisation-cadeau que vous ne lirez probablement pas ailleurs : l’organisation et la détermination ne sont que des paramètres exclusifs mais non exhaustifs de l’équation.

Portez vous bien et bon courage à chacun de vous pour cette fameuse chaaaaaaaarge !

 

T

 

 

 

 

Thibaut Gallineau

Thibaut Gallineau

Thibaut Gallineau est Consultant Indépendant à Genève pour les Services Financiers et les PME, sa curiosité intellectuelle l'a aussi poussé à devenir Enseignant-Chercheur à l’EDHEC Value Creation Research Centre by EDHEC Business School, Professeur Associé à l’International Management School Geneva et à l’EM Strasbourg. Marié et père de 4 enfants l'ennui ne fait heureusement pas partie de sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *