Une fin d’année… CHAAAAAARGEEEZ… !!

Prenons un moment (bref) pour parler ensemble de cette fameuse charge de fin d’année. Charge professionnelle (beaucoup de deadlines ont fâcheusement tendance à se caler au 31 du 12…), charge familiale (les fêtes avec leurs lots de cadeaux, de déplacements, de sorties en grandes tenues,…), charge personnelle (l’été et ses jours à rallonges sont bien loin comme son esprit de détente !), charge physique et morale (non, le froid et la pluie ne rendent pas les gens plus sveltes ou plus joyeux…) viennent toutes s’accumuler dans nos cocottes minutes personnelles ! Trêves des confiseurs, Freeze informatique, rien n’y fait : avant les fêtes c’est toujours le rush et ensuite, redémarrer l’année avec un soupçon de motivation devient déjà une ultime bonne résolution !

Le plus amusant c’est que l’écriture même de cet article se fait dans un timing très serré et dans une charge mentale assez lourde avec une vingtaine de sujets en parallèles, en conflits, et avec des niveaux de priorités clairement aux antipodes. Changer les ampoules avant la venue des parents, réparer le problème de changement de vitesse sur le vélo, écrire un email structurant pour le reste de ma vie professionnelle à un ami et client, rédiger un article pour PME magazine… La to-do-list devient aussi lumineuse et chargée que les plus belles guirlandes ! Un bon son dans les oreilles – je peux recommander Two Steps From Hell, créateurs de musiques grandioses qui stimulent et donnent l’impression que nous sommes entrain d’accomplir, nous aussi, quelque chose de grandiose ! – et nous voilà parti à l’assaut de cette montagne de choses à faire.

Encore faut-il viser le bon sommet ! Le sommet «tout-faire-bien-et-vite » est un sommet pour les très grands professionnels aguerris par des années de pratique. Celui « faire-bien-le-plus-prioritaire » est déjà un sacré challenge car entre le versant nord «prioritaire-urgent » et le versant sud « prioritaire-important », beaucoup ont tellement hésité ou louvoyé entre les deux qu’ils n’ont jamais atteint le sommet ! Bien sûr, considérer « faire-ce-que-je-peux-quand-j’aurai-le-temps » comme un sommet alors qu’il s’agit d’une colline paisible pour les vaches qui ruminent est une erreur de poids.

Tout est effectivement une question de poids : chaque tâche importante accomplie est autant de lest lâché qui nous soulage pour monter plus haut et continuer la prochaine étape de notre itinéraire. J’ai fini par acheter un tableau de 50×40 cm et des stylos effaçables pour gérer ma to-do-list. Tout peut se faire dans un smartphone pourrez-vous me rétorquer en me pensant VCVJ – Vieux Con Vieux Jeu. C’est vrai. C’est aussi vrai que mon tableau ne me sert qu’à ma to-do-list, et en période de grande charge, il ne m’offre aucune autre distraction ni échappatoire que de m’afficher mes tâches en 50x40cm. N’étant pas connecté à internet et n’ayant aucune espèce d’interactivité, il me sert juste à dessiner mon itinéraire, à effacer le chemin parcouru et à me concentrer sur la DRAP – Distance Restante A Parcourir. En période usuelle, le smartphone suffit. Quand la charge est aussi lourde à porter qu’elle est intense à vivre pour fondre sur son plus vieil ennemi – ce moi flemmard et procrastinateur- , j’ai fait de ce tableau une arme de défense – contre l’oubli, les prétextes, la faculté à laisser le temps filer – et d’attaque – contre chaque tâche de la plus pénible à la plus harassante-.

Tout un article pour une vague métaphore filée entre la charge de travail/militaire et la montagne me direz-vous ? Et bien pas seulement. J’en viens à l’étoile sur le sapin, à cette caractérisation-cadeau que vous ne lirez probablement pas ailleurs : l’organisation et la détermination ne sont que des paramètres exclusifs mais non exhaustifs de l’équation.

Portez vous bien et bon courage à chacun de vous pour cette fameuse chaaaaaaaarge !

 

T

 

 

 

 

Le “business confessionnel” peut-il encore se développer ?

Finance Islamique, Consulting inspiré des valeurs Chrétienne, Judaïsme impactant de manière décisive l’épanouissement de l’éthique occidentale en matière d’économie…

Les grandes religions ont toujours eu, et continuent d’avoir, à la fois un impact sur l’économie réelle et une plus-value dans l’enrichissement des manières de « faire » du business.

Loin des doctrines et lois religieuses, la religion dans le business, c’est d’abord un partage de valeurs communes et ensuite une entraide communautaire qui s’inscrit dans une histoire commune ou des nouvelles rencontres facilitées par une pratique religieuse. En effet, aller au culte à l’Eglise le dimanche, à la Synagogue le samedi ou à la Mosquée le vendredi, c’est entretenir des liens non seulement avec le Divin mais aussi avec nos co-religionnaires ou plutôt nos frères et sœurs dans la même foi pour mettre en lumière ce côté plus familial de la communauté religieuse. La famille dans les affaires, c’est à la fois un grand avantage et pourtant cela peut tout compliquer : même lien de causes à effets pour la foi dans le business ?

Un homme brillant, animé d’une foi profonde et rayonnante, m’a dit tout récemment « le business confessionnel, ça ne marche pas ! » … Ce manque de foi dans la pérennité d’un tel business valait bien un article me suis-je dis !

Repartons simplement sur cette thématique ô combien complexe :

Postulat numéro 1 : La foi exige une conduite vertueuse.

Postulat numéro 2 : La conduite vertueuse est bénéfique pour la pérennité du business.

Conclusion logique : Le business gagnerait à plus reconnaître les mérites de la foi et à les mettre en avant.

Constat terrain : le religieux dans le business est source de craintes -tensions, difficultés de dialogue, etc.- et n’aide pas à la signature de contrats d’affaires dans la plupart des cas.

Problématique : Le religieux peut-il réellement se décliner à d’autres niveaux que celui individuel notamment l’entreprise ou, plus largement, la sphère économique ?

La religion est avant tout propre à chaque individu avant d’être une affaire d’entreprise. Mais qu’est-ce qu’une entreprise ? Une aventure humaine partagée entre plusieurs individus. L’entreprise ne peut ainsi nier les différentes facettes des identités de ses collaborateurs, des fondateurs historiques aux derniers arrivés. Un équilibre est nécessaire entre l’identité au travail et l’identité personnelle du collaborateur qui ne peut ni se renier ni gommer son humanité.

Je repense à cet entretien avec un Senior Manager d’un de mes anciens Cabinets de Conseil qui avait des TOC – Troubles Obsessionnels Compulsifs -, cela m’a encore plus motivé pour rejoindre ce Cabinet qui, dans un milieu très concerné par l’apparence, avait eu la bonne idée et le courage d’embaucher des talents réellement diversifiés. Je repense à ce team building avec un autre Cabinet ou avec un collègue d’une autre religion, nous avons profité d’un très bon « dîner détente », après une journée de visites et d’activités, pour nous découvrir dans les différences et les similarités de nos deux religions. La discussion s’est même prolongée bien plus tard que le dîner et notre estime mutuelle professionnelle s’est agrandie par le sens que nous pouvions donner à notre travail et à nos vies grâce à nos religions. Je termine cette digression sur des exemples personnels avec ce souvenir de cette mission dans la filiale londonienne d’une banque privée allemande où en quelques pas dans les couloirs entre deux réunions je croise tour à tour un homme avec une Kippa, une femme avec un Hijab alors que je marche aux côtés de mon collègue Jaswinder qui portait son Dastaar (Turban Sikh) !

Toujours en prenant des exemples concrets et réels, j’en viens à ces entreprises qui ont accepté que la foi guide, du moins partiellement, leur activité commerciale.

  • En se basant sur la DSE – Doctrine Sociale de l’Eglise- et la publication « Oeconomicae et pecuniariae quaestiones – Considérations pour un discernement éthique sur certains aspects du système économique et financier actuel » l’entreprise Suisse Aliter Invest a ainsi volontairement assumé la valeur ajoutée de la foi catholique pour créer des fonds d’investissements durables, éthiques et même bio-éthiques ! Rejoignant les propos du Cardinal Turkson, Aliter Invest considère que l’économie doit « servir l’humanité au lieu de la gouverner» en instaurant une «croissance circulaire, durable, équilibrée et inclusive». La finance catholique : une nouvelle niche du marché de l’investissement ou bel-et-bien le futur produit mass-market d’un monde de plus en plus concerné par l’écologie humaine intégrale ?
  • La finance islamique est quand-à-elle plus connue et, si elle représente moins de 1% de la finance mondiale, elle « pèse » tout de même 2000 milliards d’euros. Loin des investissements dont la croissance est plutôt lente, le marché des produits Halal est quand à lui en plein boom avec une croissance forte et ininterrompue depuis deux décennies. Ainsi l’entreprise HCS –Halal Certification Services, par sa filiale basée en Argovie, a permis la certification de nombreux produits alimentaires Suisses dans le respect de la religion musulmane et selon des critères de qualité exhaussés.
  • Pour conclure sur le trio des 3 grandes religions monothéistes, je citerai CostBrokers SA, où vous pourrez découvrir la joie de manger dans un très bon restaurant Kasher en déjeuner d’affaires. Pour cette entreprise, la fidélité et le respect de l’autre ne sont pas un concept commercial mais bien un enracinement dans une attitude de vie durable; c’est-à-dire une constante éprouvée par la pratique d’une foi ancestrale. La foi et les valeurs de ses collaborateurs rendent ainsi cette entreprise encore plus vertueuse pour des relations d’affaires durables et mutuellement bénéfiques.

Il existe bien évidemment une gradation dans l’intégration des valeurs confessionnels dans le business. Ainsi, plus la religion est l’objet même du business – exemple de l’entreprise HCS-, plus le business est confessionnel.

La religion et ses valeurs confessionnelles peuvent donc être utile au business à la fois pour le guider mais aussi pour le rendre prospère ! La sphère économique peut en définitive bénéficier des valeurs religieuses à la fois dans des développements sectoriels spécifiques (niches) mais aussi dans une transversalité plus large dans des pratiques d’affaires commerciales ou des pratiques de développements personnels -par exemple, certaines méthodes de coaching s’inspire largement des valeurs de l’Évangile-.

Mais alors les non-religieux, très largement majoritaires, seraient-ils défavorisés sans ces valeurs confessionnels ? Pas forcément si l’on est prêt à accepter qu’un religieux, c’est un pratiquant qui se pose des questions ! Par exemple si un CEO est philosophe pratiquant et cherche des réponses à ces questions : « quel est le sens de mon business ? pourquoi j’existe ? Qu’est-ce que j’apporte à la société ? Quelle est la finalité de mon rôle de Manager ? etc. » alors il peut-être bien plus religieux que certaines personnes qui se catégorisent elle-même comme “religieux -Juif, Chrétien, Musulman- non-pratiquant”. La foi c’est donc un questionnement perpétuel, d’innombrables doutes mais aussi la petite vertu d’essayer d’être honnête avec soi-même.

Du reste, la religion peut aussi s’avérer limitante. Il y a les “bonnes limitations” pour une préservation de l’éthique de l’entreprise -peut-on même oser le terme de “sainteté de l’entreprise“?- comme pour mieux canaliser/sécuriser le business. Par exemple dans le droit islamique, l’argent ne doit pas être créé sans travail (riba), la spéculation est donc à proscrire : la création de richesse ne reposant pas sur une transaction réelle est interdite. De même, les jeux d’argent ne font pas bon ménage avec un grand nombre de religions. Mais il y aussi les “mauvaises limitations” : celles qui conduisent à l’exclusion dans un esprit communautariste au lieu de communautaire et fraternel.

La foi, part intégrale de notre humanité qui nous rattache à une transcendance supérieure, nous permet ainsi de voir à plus long terme et de développer des vraies valeurs humaines, voire humanistes, la bienveillance notamment. Par exemple, selon la foi juive, c’est aux Hommes d’agir pour rendre le monde meilleur et plus agréable au Divin :  l’entreprise en tant qu’association d’Hommes peut agir dans ce sens notamment au travers de l’innovation et la préservation de la Nature. L’économie réelle, celle qui nourrit nos familles et nous enrichit professionnellement et humainement, s’enrichit elle-même de la plus-value des diverses religions qui apportent une vraie touche humaine et refusent l’idolâtrie du profit à tous prix.

Ma petite conclusion personnelle sur ce sujet, « ma foi » complexe, est que le business confessionnel est possible et que je lui souhaite personnellement le meilleur développement possible tant qu’il reste porteur de valeurs sacrées -c’est à dire, tant qu’il garde pour objet final le bien-être de l’Homme croyant ou non-. J’ai osé cet article car je regrette sincèrement que la foi soit toujours “mise sous le boisseau“ dans le business et la vie professionnelle : le plus souvent à cause d’une gêne -plus ou moins irrationnelle- ou d’une ignorance déplorable.

A tous ceux qui lisent cet article, quelle que soit votre religion et même si vous n’êtes pas pratiquants : soyez bénis et que votre travail comme vos entreprises soient sanctifiés !

 

Pour aller plus loin:

Origines et fondements de la finance islamique

Judaïsme et Economie

Les grandes entreprises et la religion

www.ecoreseau.fr/reseaux-influence/2015/04/01/cercles-confessionnels-communautes-de-convictions/amp/

https://www.capital.fr/votre-carriere/la-religion-source-d-inspiration-des-managers-882264