Votre choix est simple : la Compromission ou le Pavé dans la mare ?

La compromission est l’« action de transiger avec ses principes ».

On dévie de sa propre ligne directrice pour s’accommoder le plus souvent d’une pénibilité : une situation inconfortable, un intérêt général difficile à suivre, un événement passé qu'”il vaudrait mieux oublier”.

C’est un caillou dans la chaussure dont on cherche à se débarrasser très vite, une petite lâcheté à sa propre éthique, finalement ce n’est qu’un événement ponctuel, pas si dramatique ?

Le drame n’est pas tant dans l’acte de compromission en lui-même que dans sa tendance à long terme : la compromission appelle la compromission. Tout comme la destruction partielle est un préalable à la destruction totale de son référentiel de valeurs : un acte de compromission est un coup de pioche dans le miroir qui nous permettait de nous regarder bien en face. Nous ne sommes pas sans défaut, mais le reconnaître en se le disant à soi-même droit dans les yeux est déjà un refus de la compromission.

Dans mes précédents mandats en tant que consultant indépendant, on m’a demandé de me taire, de regarder ailleurs, de ne pas poser “ce type de questions”, on m’a même proposé clairement de me payer plus pour que je me taise sur des manquements à l’intérêt général comme la surfacturation, les “petits arrangements” entre individus, les fautes de jugement qui restent des fautes professionnelles, les retards injustifiables, etc.

Par deux fois, j’ai dû m’opposer jusqu’à un point de non-retour où j’ai mis mon mandat dans la balance avec un choix simple : arrêt de toute compromission et reconnaissance officielle de l’erreur ou bien la cessation à effet immédiat de mon intervention. Sans me draper d’éthique personnelle et professionnelle, je tiens à dire que ce n’est jamais facile de mettre mon mandat, soit ma seule source de rémunération (les consultants indépendants ne touchent pas de chômage), en dégât collatéral pour préserver ma réputation.

La première fois, j’ai dû aller jusqu’à rédiger, à la demande d’un membre de la Direction Générale, un rapport privé et confidentiel relatant factuellement la défaillance grave de management d’un autre membre de la Direction Générale : ce n’est ni plaisant ni apaisant à faire, surtout pour moi qui n’aime pas me faire des ennemis. Ce rapport ne fut ni une catharsis, ni une vengeance, ce fut néanmoins un sacré pavé dans la mare.

Avis aux candidats : si vous n’êtes pas prêts à envoyer un pavé dans une mare ou si vous avez peur de faire des vagues, ne choisissez pas d’être consultant indépendant.

La seconde fois, j’ai dû aller jusqu’au bout en quittant délibérément une équipe projet chez un client de renom pour préserver mon amour-propre d’abord, et ma réputation ensuite. Je parle d’amour-propre car, me connaissant un peu, je sais que je n’aurais pas pu me regarder dans la glace bien en face si j’avais accepté plus d’argent pour me taire sur une magouille indubitable. Ce fut un chemin semé d’embûches bien loin du chemin de la solution de facilité, moi qui n’apprécie pas du tout le conflit, j’ai dû dire -calmement mais fermement- des vérités dérangeantes voire très déplaisantes à des hauts cadres confortablement installés dans leur rôle de top management. Je dois vous le dire : ces personnes n’avaient absolument pas l’habitude d’être contredites voire même mises en cause sur leurs responsabilités !

Je dédicace cet article à tout ceux qui se sont sentis gênés par mes propos lors de mes précédents mandats, soit quand j’exposais leurs propres compromissions à l’intérêt général de leur entreprise, soit quand je leur démontrais la médiocrité voir l’absolue nullité de leurs tentatives de contre-arguments et de fausses excuses aussi vaseuses que dégradantes pour des personnes dotées d’un pareil intellect.

Je dirai pour conclure qu’il existe deux statuts bien distincts de Consultant Indépendant :

  • celui du rentier apaisé qui fait une pause dans sa carrière et cherche à combler le trou sur son CV par une expérience plus fictive que réelle (croyez moi, j’en ai vu plus d’un !)
  • celui qui incarne la précarité par excellence – précarité au sens propre : absence de stabilité, de sécurité, de durabilité – :
    Si l’intérêt général du client est en jeu, il n’hésite pas à tout perdre pour le défendre jusqu’au bout.

CDI renouvelable : le nouveau Graal ?

Dans notre précédent article avec Louis, nous avions pu conclure que la réussite professionnelle ne dépendait pas du statut de la profession : salarié, indépendant, libéral,…

Louis est un Chef d’Entreprise du XXIème siècle qui se pose inévitablement la question “comment épanouir mes collaborateurs ?” et ce malgré :

  • une partie irréductible du travail qui n’est, et ne sera jamais, épanouissante;
  • des conditions de travail qui ne seront jamais idéales, même si elles tentent de s’adapter au mieux à chacun;
  • une culture d’entreprise qu’on ne peut jamais maîtriser totalement et qui dépend beaucoup des affinités, des humeurs du moment, de la diversité et la complémentarité des parcours, etc.;
  • des conditions d’évolutions de l’entreprise qui ne seront jamais 100% favorables car une entreprise sans difficulté est une utopie

Vous conviendrez en définitive avec Louis que ce n’est jamais simple d’épanouir ses collaborateurs.
Soyons cartésiens et rationnels et essayons de déterminer les causes primaires et les causes racines du déficit d’épanouissement professionnel en suivant l’approche MECE.

 

Facteurs-alienation-epanouissement (VERSION PDF PLUS LISIBLE) 

Soyons ouverts d’esprit et rajoutons une bonne dose d’irrationnel car les éternels insatisfaits, les grands adeptes de la victimisation, les accros à la stigmatisation existeront toujours.
En bref, nous avons diagnostiqué les racines du mal -des collaborateurs pas ou peu épanouis professionnellement voire en souffrance professionnelle-, il reste à trouver le bon remède.  En revanche, un intéressement variable et proportionnel au résultat collectif s’avère vertueux, bien qu’il ne contribue que partiellement à l’épanouissement professionnel.

Privilégions en premier lieu une juste répartition des richesses au sein de l’entreprise mais excluons l’effet magique de l’argent : payer 10 fois plus que le salaire moyen ses collaborateurs n’entraînera que la ruine rapide de l’entreprise. L’argent seul ne résout pas tout.

Prenons ensuite plusieurs hypothèses de départ pour simplifier un peu cet épineux problème :

  • un ensemble d’individus motivés, aucun n’a de problème particulier et aucun n’est un slasheur
  • Louis a rendu possible des conditions de travail favorables et flexibles, les rémunérations fixes sont conformes au marché et il n’y a pas de statut précaire.
  • L’entreprise est solide dans un marché porteur, pas excessivement compétitif et un secteur attrayant, sa réputation est excellente.

Ainsi nous avons mis hors jeu les 3 causes primaires du schéma  “Individu”, “Statut” et “Entreprise” en tant que facteurs d’aliénation.
Nous arrivons alors à 3 leviers d’épanouissement Vs aliénation possibles : “Management”, “Travail”, “Collègues”.
La meilleure boussole pour explorer les faiblesses/difficultés et les forces/satisfactions de l’épanouissement professionnel reste l’appréciation du collaborateur.

Ainsi après avoir été rationnels puis ouverts d’esprit, Louis nous invite désormais à être créatif avec le concept de CDI renouvelable.

Définition ➡ un statut durable à durée indéterminée avec une clause de reconduction explicite -et pas tacite- permettant à l’employé d’évaluer lui-même son épanouissement professionnel.

Objectif  SMART
➡ améliorer/ajuster ces facteurs Spécifiques d’épanouissement professionnel des collaborateurs : Management, Travail, Statut, Collègues

donner au collaborateur la possibilité de Mesurer régulièrement son épanouissement sur chaque cause racine avec une échelle de notation pour sortir de la simple “Mesure de performances” à laquelle se résume trop souvent l’évolution professionnelle

➡ rendre l’épanouissement Atteignable point par point en listant les efforts précis à fournir de la part de l’employé(e) et de l’employeur

➡ s’assurer que cet épanouissement est Réalisable avec les confirmations suivantes :

  • les efforts précédemment mentionnés sont pertinents et adaptés par rapport aux évolutions de la situation
  • chacune des parties employeur et employé(e) s’engage à communiquer minimum tous les six mois sur les concrétisations de ses efforts liés à chaque cause racine
  • les facteurs “Entreprise” et “Individu” -impossibles ou trop complexes à améliorer sur le temps court- ne sont pas un obstacle à l’épanouissement professionnel du collaborateur

évaluer  dans l’horizon de Temps défini soit à la prochaine reconduction, que les notations et efforts précédemment formalisés ont évolué le plus positivement possible

Tout comme la prospérité économique de l’entreprise, l’état d’épanouissement d’un collaborateur est précaire, c’est-à-dire un état dont l’avenir, la durée, la stabilité ne sont pas assurés.

Pour cette raison, le CDI renouvelable concrétise une solution win-win pour favoriser la résilience des talents et donc de l’entreprise.

Take away message :

  • L’épanouissement professionnel peut se favoriser (ou se détériorer…) par des actions concrètes des deux protagonistes : employeur et collaborateur
  • Une grille d’évaluation des causes racines/facteurs d’épanouissement/aliénation est facilement réalisable(*) et peut-être personnalisée directement par le collaborateur
  • La fréquence de reconduction commune employeur-employé(e) la plus pertinente d’après notre perception avec Louis serait tous les 6 mois
  • Nous allons tester la mise en place de ce CDI renouvelable avec Louis et vous reviendrons dans un prochain article pour les premiers retours reçus
  • Vous voulez faire partie de l’expérience à titre individuel ou en tant qu’entreprise, soyez les bienvenus avec un petit email @ [email protected]
  • Vos avis et compléments de réflexion sont les bienvenus en commentaire

Thibaut Gallineau et Louis Venant

+ un grand merci à tous les contributeurs LinkedIn !

(*)Voir ici des grilles d’épanouissement “template” + un exemple de l’entreprise TechVitam

Dédicace au “No Answer Club”

Il y a pire que recevoir une réponse négative plus ou moins polie, plus ou moins abrupte, plus ou moins décevante : ne recevoir AUCUNE RÉPONSE.

Le Club des No Answer

Parfois, c’est tout à fait normal et à propos de ne pas répondre, je pense aux messages automatisés de démarchage, aux demandes de connexion inopportunes, à des invitations hors sujet ou non personnalisées, à une attaque personnelle et gratuite, etc.
Mais en revanche, ceux qui ne me répondent pas à des propositions amicales, à des questions de réelle curiosité, à des déclarations d’intentions mûrement réfléchies, je les classe méticuleusement dans une liste de mon smartphone que j’ai baptisée “Le Club des No Answer”. J’y retrouve pêle-mêle des anciens collègues, des voisins indélicats, des responsables associatifs, des anciens amis qui m’ont tourné le dos sans daigner m’expliquer pourquoi, etc.

Je leur dédicace cet article pour deux raisons :

  • la déception encore plus grande qu’ils ont pu susciter alors qu’un NON clair, franc et massif aurait été beaucoup moins décevant et beaucoup plus simple et appréciable.
  • l’ignorance feinte de l’autre dans ce jeu pervers de ne pas répondre pour n’importe quel mauvais prétexte (orgueil, mépris de l’autre, honte de soi, mauvaise gestion de son temps, etc.).

Être Sneaky

Un NON prend moins d’une seconde à être prononcé ou à s’écrire sur un clavier et me semble beaucoup plus bienveillant, humaniste et intelligent qu’un silence radio prolongé à l’infini.

Un demi-NON n’a pas autant de valeur qu’un vrai NON; mais il donne déjà une teinte, une compréhension nette en dépit d’une maladresse de politesse ou de faux espoirs.

Un demi-OUI vaut encore moins qu’un demi-NON car il s’encombre d’un manque de constance, de confiance, de force de caractère qui ne conduit qu’à une amère déconvenue.

Une temporisation comme par exemple “je reprends contact avec toi d’ici …” peut parfaitement se comprendre et se respecter si elle est vraiment suivie d’une réponse in fine.

Mais une absence totale de réponse ou une absence de réponse après temporisation a un effet dévastateur sur la qualité et la pérennité de la relation, un peu comme une baffe dans la gueule. C’est d’autant plus irrespectueux que j’associe ce choix délibéré de ne pas répondre, par mon expérience professionnelle passée à la City, à ce talent typiquement British que j’appelle être sneaky (délibérément sournois).

Sans réponse, la relation meurt.

J’ai ainsi créé depuis quelques années cette petite liste dans un coin de mon smartphone pour ne jamais oublier le ressenti de la baffe si d’aventure un prochain échange devait avoir lieu. C’est toujours mieux de savoir à qui vous avez à faire et de ne pas avoir la mémoire qui flanche. Effectivement, faire face à un serpent qui vous regarde fixement en faisant vibrer sa langue fourchue n’a rien de plaisant, de rassurant ou d’engageant pour démarrer une nouvelle conversation.

En cas d’excuses sincères, je n’applique pas de principe de double peine et suis prêt à réviser mon opinion établie de la personne en question mais ne nous y trompons pas, je ne tendrai pas, même sous contrainte, l’autre joue pour me prendre une seconde baffe en cas de proposition ou demande nécessitant une réponse. J’aviserai pour faire soumettre la question ou la proposition par quelqu’un d’autre si possible et sinon j’inclurai très clairement le rappel à la politesse de la réponse dans ma demande de réponse. L’absence de réponse nuit gravement à la qualité de la relation, sans réponse la relation meurt; et si l’erreur est humaine, persévérer est diabolique.

Léonard de Vinci avait la suprême intelligence de la formule en écrivant “Ne pas prévoir, c’est déjà gémir”.
Je le paraphrase maladroitement en me rappelant à moi-même mon exigence personnelle, le point d’honneur que mets à toujours donner une réponse :

Ne pas répondre, c’est déjà s’enfuir.

Crédit Image : Canva Pro

Salariat “home sweet home” / Versus / Entrepreneuriat “into the wild” ?

Le salariat serait-il devenu “old school”, un peu poussiéreux et donc moins tentant ?

 

Avec aujourd’hui 86,9 % de la population active de la Confédération liée par un contrat de salariat, le statut d’employé reste bien majoritaire dans le monde suisse du travail.  Par ailleurs, le recul net de la proportion d’indépendants (ref), avec ou sans employé en profession libérale ou non, ne fait qu’amplifier le salariat comme statut “de référence” des actifs. 

 

Force est de constater que le salariat bashing, n’est le plus souvent qu’une posture et que le boom du travail indépendant n’est qu’un mythe non corroboré par les chiffres. Oui, le salariat n’est pas parfait. Il induit un politiquement correct de rigueur, parfois même une certaine forme d’aliénation. La sécurité de l’emploi qu’il représente est relative sauf peut-être dans la fonction publique. Son côté routinier voire limitant -sans carte blanche- peut parfois entraîner un sentiment d’étouffement proche de la claustrophobie.

 

Néanmoins la tendance générale de diminution de la fidélité, amplifiée par le phénomène de bougeotte géographique, n’altère pas la qualité du salariat. Au-delà du caractère confortable et sécurisant, le salariat permet un apprentissage, une évolution et aussi une résilience de l’engagement qui lui confèrent ses lettres de noblesse. Le salariat c’est bien la voie royale de l’engagement durable au service d’une entreprise. 

 

Le(a) salarié(e) peut échanger et évoluer avec le cercle de ses collègues, il est membre à part entière de l’entreprise. Il peut vivre et développer un esprit de cohésion. Il peut participer à une ambiance, une culture d’entreprise qui constituent finalement un actif immatériel. Mais le vrai soulagement c’est qu’un(e) salarié(e) n’a pas une pression productive énergivore : par exemple communiquer sur les réseaux n’est absolument pas nécessaire/vital contrairement aux startupers et indépendants. Ne vous imposez pas une charge mentale superflue d’envier des indépendants/startupers ou d’être obsédé par le fait de vous lancer. Si ça doit se faire pour des bonnes raisons, ça se fera et sinon c’est que ça ne devait pas se faire.  

 

Pour conclure, le salariat définit le monde du travail d’aujourd’hui mais également celui du futur et ce, pour encore de nombreuses décennies vraisemblablement. Avoir un boulot normal, qui vous rémunère et vous épanouit du moins globalement, c’est déjà très bien ! 

 

L’entrepreneuriat serait-il devenu un “must-have”, l’ultime accomplissement personnel ?

 

Si vous vous lancez en tant qu’entrepreneur, il faut le faire pour des bonnes raisons. Ce n’est pas parce que votre entreprise actuelle n’assure pas, que le seul échappatoire serait l’entrepreneuriat. Un exemple de mauvaise raison de se lancer : croire qu’un entrepreneur ou un indépendant est complètement libre de ses choix. Si vous n’aimez pas le conflit, si vous n’aimez pas faire preuve de résilience et d’esprit de consensus, ne pensez pas que l’indépendance va résoudre tout vos problèmes, loin de là. L’entrepreneuriat induit une forme de dépendance envers ses clients, ses partenaires, voire avec ses subordonnées dont vous aurez la responsabilité. Cette forme de dépendance – qu’elle soit plus ou moins saine – peut être encore plus difficile à gérer  que celle envers un employeur. 

 

Outre l’épanouissement, le côté aventureux “into the WILD”  peut s’avérer être une source de motivation. Mais comme pour tout attrait pour le caractère sauvage, il faut fixer une limite et savoir se dompter :  sans cadre, sans directives précises, sans sens des priorités, on peut vite se perdre et s’épuiser dans la savane, la jungle ou les zones montagneuses. L’entrepreneuriat en mode explosivité d’énergies débridées qui finit en burnout ou en voie de garage n’est pas celui qu’on montre sur Linkedin, c’est pourtant une des issues les plus fréquentes. . .

 

Du reste, les bonnes raisons sont nécessaires mais pas suffisantes. Effectivement, pouvoir retrouver un niveau de salaire suisse avec une activité indépendante impose un travail de qualité, un haut niveau d’engagement et un juste calcul de risque. Par principe, une extrême réserve couplée d’une lucide précaution est à privilégier contre un enthousiasme débordant. Croire que tout le monde peut devenir entrepreneur à succès avec un petit pécule de départ est une très lourde erreur que le marché vous fera très rapidement comprendre. Si le salariat peut paraître compliqué, le corollaire est que rien n’est simple dans l’entrepreneuriat : gestion des ressources, sentiment de solitude, gestion administrative, gestion commerciale, gestion stratégique sont autant d’écueils où chaque erreur peut être fatale.

 

La pression sociétale avec ses aspects politiques “startup nation” et médiatiques “Welcome to the Jungle” impose une quasi-idolâtrie de l’entrepreneuriat et occulte ses charniers professionnels, à savoir : des pertes monstres d’argent et d’énergie. Or, monter une entreprise, ce n’est pas un but en soi. Ce n’est surtout pas un accomplissement professionnel à atteindre au détriment d’une entreprise utile, viable, rentable. Tout plaquer pour un investissement plus énergivore, plus stressant, et potentiellement une expérience professionnelle moins enrichissante, peut s’avérer totalement déconstructif.

 

L’épanouissement professionnel ne se mesure pas sur LinkedIn. LinkedIn, comme réseau social, nous pousse tacitement à montrer le meilleur de ses expériences – comme Instagram ses meilleures photos – et c’est évident que le moindre succès pour un entrepreneur ou une startup va devenir un post avec strass et paillettes qui fera paraître celui d’un salarié plus terne. En réalité l’un des deux est plus connecté au réel et l’autre doit gazer par principe de survie “communiquer ses succès amène plus de succès”.

 

Au final la réussite professionnelle ne dépend pas du statut 

 

Si l’entrepreneuriat était si simple et si épanouissant, il y aurait plus d’entrepreneurs que de non-entrepreneurs.
Mais
l’important est que tous, entrepreneurs et non-entrepreneurs aient le mérite de courageusement délivrer leur travail, leur expertise ou savoir-faire le plus souvent dans la bonne humeur et parfois dans des conditions extrêmement difficiles.
Le cadre juridique du travail restera toujours secondaire par rapport à
votre réussite professionnelle qui se définit principalement par la motivation et la passion qui vous anime au quotidien pour accomplir votre travail

 

Article co-écrit avec Louis Venant, CEO de Cosatic,

qui a eu le mérite de remettre les points sur les i dans un de ses posts linkedin sur la pseudo ”réalité augmentée 22.0” de l’entrepreneuriat qui en vient à imposer un mal-être existentiel aux salariés compétents, dévoués et fidèles. Le post commençait par la citation suivante “Si à 40 ans t’as pas monté ta boîte, c’est que t’as raté ta vie” pour dénoncer le discours typique Linkedin…

 

Crédit photo : Flickr

Ce fameux cercle vertueux existe-t-il ?

Mon travail me passionne → Réaliser ma passion me donne une grande satisfaction → Cette grande satisfaction entretient ma motivation dans la durée → Ma motivation est communicative dans une bonne entente et un esprit de collaboration → Cette collaboration heureuse assure des avancements concrets → Ces avancements concrets contribuent positivement à toute mon organisation → Mon organisation m’assure un travail qui me passionne.

La boucle est bouclée me direz vous ?

Mais est-ce possible que ce soit si simple, si parfait, si cyclique ?

Les matheux nous diront que la quadrature du cercle exige toujours des calculs complexes, les philosophes nous rappelleront que l’heuristique ne peut s’affranchir de l’anthropologie culturelle, les pragmatiques nous remettront les pieds sur terre avec la prochaine tâche à accomplir…

Bref, comme Jules Claretie avait déjà pu le déclarer en son temps :

“Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout.”

Mais revenons au concept même de la boucle ou de la spirale vertueuse, existe-t-elle vraiment ?
Dans notre surprenante Nature terrestre, la réponse est assurément affirmative avec l’exemple emblématique des abeilles qui pollinisent en nous régalant de leur bon miel. Dans l’économie nous pourrions aisément concevoir un enrichissement collectif et personnel à tous points de vue d’une entreprise florissante sur un territoire.
Mais cette conception est-elle prouvée par des exemples concrets ?
Par exemple, la dernière initiative portée par Time For The Planet avec les “Dividendes du Climat” va-t-elle réellement impacter positivement le rejet de gaz néfastes pour le climat ?
Nos pouvoirs publics sont-ils en mesure de percevoir les “entreprises-abeilles” qui feront profiter toute l’activité économique d’un territoire ?
Des fonds d’investissement spécialisés existent-ils avec cette dominante “positive economic impact” ?
Des certifications sérieuses peuvent elles confirmer, chiffres à l’appui, la contribution réelle au Bien Commun de certaines entreprises, associations, etc. ?
Existe-t-il, à l’échelle individuelle, des coaching/formation permettant de se créer sa propre boucle vertueuse “résiliente” assurant un épanouissement dans la durée prouvée par des études scientifiques imparables ?

Loin de toute naïveté, des canevas normés qui nous apprennent à tout ranger dans des cases, des beaux parleurs experts auto-proclamés, j’invite tous mes lecteurs à “distinguer les patterns” individuels, micro ou macro économiques et, dans tous les cas, à éviter les cercles vicieux assurément bien réels.

Je termine en conclusion par vous mettre en garde par un cercle particulièrement vicieux :

Je suis fatigué donc je suis peu efficace → je suis peu efficace donc je ne suis pas motivé → mon manque de motivation et d’actions concrètes provoquent un stress → ce stress permanent me déprime et me fatigue…

PS: Pourquoi j’aime les abeilles dans le monde du travail ? La réponse ici.

17 février 2022 : Swiss Freedom Day !

En gestion de projets comme dans la vie générale, il est utile et pertinent de raisonner soit par phase soit par dates clés (milestone).

Raisonnons par dates clés :

  • 16 mars 2020 : début du plus important lockdown de l’histoire de l’humanité
  • 17 février 2022 : fin des restrictions liées au mesures sanitaires au sein de la Confédération Suisse (certificat COVID, masques, etc.)

23 mois d’une parenthèse douloureuse que nous aurions bien aimé éviter à tous points de vues (sanitaires, économiques, sociétal, etc.) !

L’avantage de raisonner par dates clés, c’est de pouvoir se fixer un cap, un ensemble d’objectifs, tout en restant concentré sur la future date : le passage du prochain cap.

Dans notre cas, quelle est la prochaine date clé ? Et bien souhaitons qu’elle soit propre à chacun et sans aucun lien avec le Covid !
Espérons plutôt qu’elle soit liée à des joies familiales, à des accomplissements professionnels, à des changements personnels importants, etc.

Raisonnons par phases :

  • Phase 1 : la peur (mars à mai 2020)
  • Phase 2 : l’espoir (mai 2020 à septembre 2021)
  • Phase 3 : la lassitude (septembre 2021 à février 2022)

Ce raisonnement est particulièrement utile lorsque les dates sont incertaines à fixer, par exemple : fin des travaux, accouchement, évolution professionnelle interne, etc.

L’avantage de raisonner par phase c’est de bien marquer le changement de phase avec un nouvel état d’esprit, une ambition renouvelée, une concentration reconsolidée.

Souhaitons que la prochaine phase soit celle de la croissance raisonnée, celle centrée sur l’essentiel pour nous, pour nos familles, pour notre planète et ses futures habitants.

Raisonner par phase ou par dates clés, c’est en définitive, avoir une approche séquentielle permettant de mieux percevoir l’avancement des projets et l’enchaînement des évènements.

Rose altitude

Pas certain pour la bonne année… mais tous mes vœux quand même !

C’est par cette formule iconoclaste en temps de Covid que ma journée du premier de l’An 2022 a démarré.

Je me suis moi-même surpris en plein déni d’humanité à plusieurs reprises en doutant tout simplement que l’absurdité soit elle-même encore plus contagieuse que le virus. Cette incantation gênée en guise de vœux  ne m’a donc pas vraiment choqué. Pire, dans un monde qui donne autant d’importance aux normes, aux réglementations, lois, décrets, circulaires, directives; les normes sanitaires plus ou moins liberticides par ailleurs, ont le don de me faire perdre espoir en notre humanité.

Oui, 2021 a été une année éprouvante, et même encore plus que 2020. Oui, il y a une frustration à constater tout ce qui n’a pas pu être réalisé avec comme cause plus ou moins directe cette fichue pandémie. Oui il y a une forme de peur de l’avenir, de force incapacitante à se projeter. Mais le pire finalement n’est pas une maladie ou ses conséquences aussi dramatiques soient elles, le pire c’est nous : notre propre déclin mis à nu de façon encore plus brutale et saugrenue qu’une guerre atomique.

Nous sommes aujourd’hui incapables de créer une boucle vertueuse en réaction à ce nouveau mal : une nouvelle organisation qui impliquerait des résultats positifs, des résultats positifs qui impliqueraient une meilleure entente, une meilleure entente qui raffermirait nos motivations, nos fortes motivations qui amélioreraient encore l’organisation pour produire encore plus de résultats positifs.

Au lieu de cela, la dynamique humaine positive semble irrémédiablement brisée : nul grand espoir n’apparaît d’une communauté, d’une nation, d’un gouvernement bien inspiré(e)s. La grande moutonnade se poursuit vers toujours plus de tests, de doses, de mesures sanitaires, de contraintes en tout genre. Le tout dans un esprit désabusé et souvent désarmé ou en tout cas désarçonné. Une frustration profonde, un spleen qui dure parce que notre société n’arrive pas à changer positivement son comportement face à un nouveau fléau.

Avant le Covid, je considérais le terrorisme et les guerres comme les pires fléaux de notre humanité.  C’était avant. Maintenant, sans avoir connu la peste ni une épidémie mortelle comparable, je crois bien que je suis encore plus traumatisé par une maladie contagieuse (pas forcément mortelle) et surtout par les réactions irrationnelles des mes frères et sœurs en humanité.

Pourtant, le soleil continue de se lever chaque matin, la lumière vient effacer les ténèbres avec la même régularité et la même détermination, les arbres continuent de grandir lentement, les bons vins continuent de se bonifier selon leur potentiel de garde.

Pourtant nos enfants nous regardent avec la même joie profonde et innocente que rien ne pourra ravir.

Pourtant nos projets se poursuivent avec une énergie qui ne se dément pas.

Pourtant nous continuons de faire face dans des difficultés et des douleurs encore plus déchirantes et coûteuses que le Covid.

L’humanité a encore de très beaux jours devant elle, j’ai hâte d’y prendre part, j’ai hâte de commencer à les faire advenir dès maintenant en 2022, j’ai hâte de continuer de donner à tous mes proches le goût à la vie, la joie de vivre tout simplement.

La contrainte a toujours exacerbé la créativité, je crois en notre capacité commune à trouver les meilleures solutions, à nous attacher à l’essentiel, à retrouver notre bon sens indéboulonnable au fond de nous-mêmes. Au delà du politique, des calculs d’intérêts personnels, des petits arrangements et des grandes trahisons, les hommes et les femmes sont capables du meilleur possible.

Et même si il faut du temps pour réagir collectivement et dépasser la prise de conscience par des actions positives concrètes, je continuerai d’y croire et d’essayer à mon modeste niveau de favoriser cette poursuite de notre aventure humaine réussie quoi qu’on en dise !

Avec beaucoup d’optimisme pour 2022, notre dizaine d’années à venir, et même notre siècle; je vous souhaite une EXCELLENTE année 2022.

 

Crédit photo : Thibaut Gallineau.

 

 

 

 

 

Pourquoi n’êtes vous pas à l’écoute de vos collaborateurs ?

Après la grande mode de la fameuse “détection des signaux faibles”, si on parlait des signaux forts, incontournables, inévitables qui empoisonnent la vie de l’entreprise et surtout celles de ses collaborateurs(rices) ?

Démissions, turnover élevé,  sous-effectif, arrêts maladies, surmenage, burn-out, etc. : quand la spirale infernale est lancée, l’entreprise est en crise ! Sortir de cette ornière passe nécessairement par une approche collégiale pour verbaliser ce qui nuit aux hommes et femmes qui composent l’entreprise.

Le “théorisme” : théoriser une réalité sans la vivre

Pourtant, j’ai pu trop souvent constater le paradoxe du manque de connaissances réelles des cadres de direction sur les conditions de travail du quotidien de leurs équipes. Venir saluer ses équipes de temps en temps et parler du beau temps, n’a rien à voir avec s’impliquer réellement dans leur quotidien pour constater les non-sens, les irritations qui minent l’ambiance, les difficultés récurrentes, et toutes les pénibilités vécues. Au delà du classique “rapport d’étonnements” des nouveaux arrivants, j’aimerais voir une entreprise qui fasse une relecture régulière des “rapports de pénibilités“. Plus faciles à remplir qu’une “boîte à idées” et probablement plus utiles !

Se targuer de connaître les conditions de travail de ses employé(e)s sans les vivre ou a minima les avoir vécus récemment c’est un peu comme croire en une réalité parallèle sans y être jamais allé : du “théorisme” à l’état pur. Au delà des journées “vis-ma-vie”, il faut prendre le temps de parler et de formaliser ce qui ne va pas. Quand on pense que dans la majorité des entreprises d’aujourd’hui, on ne prend même pas le temps de penser tellement on est absorbé par les tâches ! Loin des fuites en avant des positivistes effrénés, il faut prendre du temps pour ce qui ne va pas, ce qui coince, ce qui gêne, et donner du temps au temps pour le penser, le comprendre et enfin le résoudre de la meilleure manière possible.

Note à nous-mêmes qui lisons cet article : penser résoudre rapidement une pénibilité qui finalement n’est pas résolue -voire a empiré-, est encore pire que de ne rien faire d’un point de vue baisse de motivation 📉.

L’arbre qui cache la forêt 🌳

J’ai pu constater un autre paradoxe, tout aussi dramatique en terme de conséquences. Plus vous faites porter sur une fonction (audit ou contrôle interne) la responsabilité de trouver des défaillances majeures, plus le panorama des défaillances medium ou mineures s’élargit et s’enrichit au cours du temps.  Ce bon vieux principe d’arbre qui cache la forêt a encore de beaux jours devant lui dans nos entreprises !

Si certains récents collaborateurs peuvent finalement s’avérer être des “erreurs de casting” plus ou moins rapidement, d’autres présents depuis plus longtemps – disons minimum 2 ans -, font eux-mêmes partie de la culture d’entreprise. C’est-à-dire qu’ils ne font pas simplement qu’appartenir ou posséder cette culture d’entreprise, il la constitue, la façonne, l’incarne. Ils ressentent mieux que les nouveaux arrivants ce qui ne va pas mais ne le disent pas assez. D’autant plus si la parole n’est pas libre, si l’ambiance est guindée, ou même juste si le management a tendance à s’habituer à ce qui ne va pas ou à ne pas le considérer.

Aux petits maux, les bons remèdes

J’appelle de tous mes meilleurs vœux – plus utiles et concrets que ceux du changement d’année – les dirigeant(e)s d’entreprises, les cadres supérieurs à être parfaitement intransigeants avec les pénibilités vécues de leurs collaborateurs(rices). Dans un même esprit, j’appelle également de tous mes meilleurs vœux les équipes opérationnelles à constater pragmatiquement ces pénibilités, à les communiquer et les verbaliser (dans les deux sens du terme, trouver les bons mots et mettre à l’amende la pénibilité pour l’empêcher de se poursuivre).

Pour conclure, ce que j’aime dans mon métier, c’est trouver les meilleures solutions à des problèmes souvent complexes, toujours uniques, et rarement plaisants. Pour chaque problème, trouver une solution est une banalité; trouver la meilleure solution est un art mais jamais un luxe. Pour trouver la meilleure solution, je ne connais pas de meilleures méthodes que d’être constamment à l’écoute. Prendre du temps pour pointer, analyser, discuter vos problèmes et pénibilités d’entreprise avant de passer à leur résolution n’est pas un luxe, c’est une nécessité vertueuse et bienfaitrice.

 

Bien à vous tous,

T

crédit photo : iStock

Salarié(e) ou indépendant(e)? Guide complet pour faire le bon choix !

Voici un guide complet ✅ pour poser votre réflexion et faire le choix qui conviendra le mieux à votre situation actuelle, votre caractère, vos ambitions futures, etc.

Commençons par reconnaître que la question est bien évidemment plus ardue qu’un simple choix entre deux mots qui représentent deux statuts contractuels et professionnels différents. De 2009 à 2018 j’ai été salarié et je suis totalement indépendant depuis septembre 2018, voici donc après 3 ans d’indépendance une prise de recul pour aider à la réflexion de chacun.

A ceux qui sont déjà indépendants et connaissent cette réalité, je vous invite directement à passer à la partie II. A tous ceux qui sont actuellement salariés ou sans emploi après avoir été salariés, accrochez vos neurones, c’est parti : on plonge dans la réflexion 🤿 . . .

I. Salarié(e) : une réalité plus commune donc plus désirable ?

Force est de constater que le travail salarié est bien la forme la plus courante : 87% de la population active en Suisse contre 13 % de travailleurs indépendants (chiffres 2021). Au delà de ce constat, le salariat est, dans l’immense majorité des cas, le lieu de la “naissance professionnelle”, la “première marche” de toutes les carrières🚼.

I-1 Cinq avantages majeurs du salariat

  • Voie par excellence de l’apprentissage balisé : de l’entretien d’embauche aux entretiens d’évaluations, le salarié est encadré, accompagné (managé) pour progresser afin de maîtriser le périmètre de son travail, éventuellement pour se développer et grandir en faisant grandir également l’entreprise selon le contexte et le potentiel du salarié.
  • La voie royale du plan de carrière : le salariat permettait traditionnellement de monter les marches de la vie professionnelle vers toujours plus de responsabilités et de pouvoir décisionnel. Si la période d’emploi au sein d’une même entreprise a considérablement diminué en 40 ans -autrefois, il n’était pas rare de travailler plus de 10, 20, 30 ans au sein de la même entreprise-, aujourd’hui un poste en CDI ne correspond plus à gravir une “volée de marches” mais bien plus à gravir une marche ou deux avant un changement d’entreprise. Si votre objectif est de finir à la Direction d’une PME ou d’une grande entreprise, vous êtes sur le bon chemin.
  • Le filet de sécurité : le côté indéterminé de la durée d’un contrat de travail a ce côté rassurant, confortant qui permet d’assurer une stabilité des revenus -qui plaît au banquier en cas de prêt et qui permet de prévoir les fins de mois !- et une stabilité de son statut socio-professionnel. Sauf faute professionnelle grave, sauf contexte économique hautement défavorable, sauf incompatibilités, sauf etc. (la liste peut toujours s’allonger), le CDI reste une valeur “sûre” de sécurité et de confort pour l’employé.
  • Le sceau de l’engagement durable : que ce soit pour l’employeur ou l’employé, le CDI temps plein représente le graal de l’engagement, voire un incontournable dans l’inconscient collectif car le collaborateur qui serait en CDI temps plein ne pourrait être qu’entièrement dédié à la cause de l’entreprise.
  • La simplicité administrative : vos RH sont là pour tout vous expliquer sur toutes les conditions avantageuses qu’implique votre appartenance salariée à l’entreprise, une seule fiche de de paye par mois et tout est clair.

I-2 Cinq désavantages majeurs du salariat

  • Frein à votre évolution : le salariat n’a pas pour vocation première de révéler votre potentiel, de vous inciter à la prise de risque ou à saisir des opportunités, à gérer des imprévus de taille. Le salariat est par nature limitant au cadre de l’entreprise.
  • La contrainte managériale : hiérarchie avec pression du chiffre et/ou gestion des ego difficiles, appliquant des contraintes en tous genres; géographiques (mutation), temporelles (dates de congés imposées), relationnelles (prise de position, publications, engagement associatif ou politique, etc), professionnelles (activités annexes à déclarer à l’employeur comme par exemple un enseignement ponctuel). Si votre force de caractère s’adapte au fait de ne pas forcément croire en ce qu’on vous demande de faire (exemple : vendre des projets ou des ressources auxquels vous ne croyez pas), tant mieux vous êtes suffisamment malléable, sinon aïe le salariat ne vous laisse pas vraiment de choix.
    Cet article affirme même que “70% de l’engagement d’un salarié dépend de son manager”.
  • La spécialisation sectorielle : si cette spécialisation représente pour certains un avantage, le fait d’être attaché à un secteur en dépit de compétences multisectorielles peut vite donner le sentiment de se sentir coincé. On peut penser à la théorie de la dépendance au sentier.
  • La routine tue : le CDI implique moins de changement, il est par nature moins excitant, moins challengeant et donc il lasse plus facilement. Encore une fois on retrouve ce sentiment de “se sentir coincé” sur les prochains mois.
  • La limitation des revenus : le fait que l’écrasante majorité des salariés ne soit pas directement intéressée aux bénéfices de l’entreprise -en terme d’évolution annuelle du salaire ou en terme de bonus- implique un nivellement par le bas des revenus pour les collaborateurs. Signer un CDI avec un salaire fixe c’est s’en contenter même si on sur-performe : il est quasiment impossible d’augmenter un salaire fixe de plus de 10% plusieurs fois en plusieurs années consécutives; même si vous êtes la source d’un chiffre d’affaires dépassant très largement votre salaire.

II. Indépendance : une réalité professionnelle de plus en plus enviée car plus adaptée à notre société ?

Dans une économie de services grandissante et tirée de plus en plus par les ressources, les travailleurs indépendants offrent une flexibilité, une simplicité et une sécurité financière : l’entreprise paye son besoin de ressource à la prestation réalisée. Est-ce un statut bâtard réservé à des resquilleurs du monde professionnel ou un état professionnel plus adapté à des états de vies assumés 🧠?

II-1 Cinq avantages majeurs du travail indépendant

  • La maîtrise de votre équation pénibilité/profit : travailleur indépendant(e), vous êtes le(a) seul(e) à accepter et gérer votre propre contrainte professionnelle : géographique, équilibre vie pro/vie familiale, pression managériale limitée à une pression clientèle (pas forcément moins forte mais au moins dénuée de toute pression relationnelle). Les contrats de travail sont plus courts (6 à 12 mois max dans mon cas) ce qui implique à chaque nouvelle signature une nouvelle acceptation de son investissement professionnel et une motivation/détermination accrues à travailler efficacement.
  • La maximisation des revenus : travailler plus pour gagner plus, c’est un fait avéré pour les travailleurs indépendants au delà d’une première période d’incertitude le temps de trouver son marché (environ 6 à 12 mois). Même si le chiffre d’affaires n’est pas égal au bénéfice net, certaines charges peuvent également être considérées comme avantageuses pour faciliter la vie, souvent mouvementée des travailleurs indépendants.
  • Auto-révélation : clairement, il n’existe pas de meilleure voie pour vous prouver à vous même votre valeur professionnelle réelle. Loin des biais du management liés notamment -mais pas exclusivement- à l’intuitu personae, c’est le succès de vos mandats, c’est donc le capital satisfaction de vos clients qui détermine votre vraie valeur et votre vrai potentiel. Cette réalité est telle qu’elle vous imprègne dans toute votre vie; votre autonomie se retrouve dans tous vos partis-pris : prises de conscience, de décisions, de risques, etc. Du reste, l’indépendance vous permet d’évoluer à votre rythme par vous-même et par vos clients mais sans objectifs irréalisables à suivre dans un esprit corporate exacerbé.
  • Liberté, liberté chérie : Oui c’est indéniable vous êtes plus libre. Vous pouvez vous exprimer librement en engageant uniquement votre image (sans risque pour une personne morale dissociée de votre personne physique). Vous pouvez choisir vos clients et vos mandats, ce qui exige une grande fiabilité professionnelle et quelques années d’expérience mais constitue un réel luxe. Egalement vous pouvez délivrer des prestations diversifiées ou communes à différents secteurs (multi-potentialité) sans limites organiques ni de marché. Enfin vous pouvez choisir d’entreprendre différents projets (entrepreneuriat, enseignement, engagement associatif au niveau d’une direction, etc.) sans avoir à en rendre compte ou à demander l’autorisation à une autre personne que vous-même.
  • Maturité professionnelle accrue : si savoir se gérer soi-même est un vrai plus dans le monde professionnel, l’indépendance apporte aussi une sincérité des relations professionnelles qui vous fera mûrir plus vite. Sans détour, vous serez au fait des agendas cachés, des objectifs indicibles, des réalités confidentielles qui constituent généralement un privilège de décideurs. Par ailleurs, si vous ne dialoguez pas immédiatement avec des Directions Générales, vous aurez au moins l’avantage de découvrir des entreprises clientes sans les faux-semblants du recrutement classique : votre capacité d’analyse et d’adaptation seront plus développées.
    Note : Dans mon secteur du conseil en management et stratégie, lorsque je travaillais en tant que salarié dans un cabinet, je découvrais la réalité de mes clients mais je restais figé sur la pratique et les méthodologies de mon cabinet. Depuis que je suis passé indépendant, je collabore avec plusieurs cabinets pour mes clients donc je m’enrichis professionnellement à la fois de mes clients et des cabinets de conseil partenaires.

II-2 Cinq désavantages majeurs du travail indépendant

  • Variable d’ajustement : si les travailleurs indépendants constituent une force de travail flexible et qualifiée, celle-ci est utilisée de façon temporaire et donc considérée comme variable d’ajustement. En période de crise économique, les prestataires externes sont donc les premiers à en pâtir : âmes sensibles à l’insécurité professionnelle s’abstenir !
    Si cela peut être grisant de ne pas savoir quelle sera sa réalité professionnelle à échéance 6-12 mois, ce peut également être un grand poids lié à une perpétuelle remise en cause de ses compétences et de son “crédit professionnel”.
  • Prise de risque : oui, un(e) indépendant(e) est très souvent bien plus exposé professionnellement qu’un salarié. Forces spéciales du secteur privé, leur liberté de parole et de penser sont bien souvent utilisés tantôt comme des armes tantôt comme des boucliers. . . Sachant qu’un manager insatisfait est une situation professionnelle bien moins complexe et grave qu’un client insatisfait qui pourrait menacer la poursuite du statut indépendant.
  • Manque de considération : existe-t-il des regroupements publiques d’indépendants ? Je n’en connais aucun, ni parti politique, ni chambre des métiers dédiée, ni think tank, ni cellule spécialisée d’accueil et formation au sein des administrations. Ce manque de visibilité et de soutien patent a pu être révélé encore plus lors du Covid-19. . .  Si vous croyez que votre statut d’indépendant va déclencher des rencontres, des appels, des mises en relations, des référencements pour des appels d’offres : détrompez-vous. En sus de cette perpétuelle insécurité professionnelle à court terme, celle-ci s’accompagne d’une instabilité socio-professionnelle, j’en veux pour preuve que beaucoup de mes amis ne savent jamais ce que je fais et si je suis en mandat de conseil ou en recherche. Bref je ne suis pas dans une case fixe avec un nom d’entreprise et ils ne savent jamais si ils doivent se réjouir ou me plaindre. En dehors de vos clients qui savent précisément votre valeur d’indépendant(e), vous restez un marginal du monde professionnel.
  • Auto-limitation : si l’égocentrisme est un écueil évident, la plupart du temps ce qui est frustrant c’est le fait de se sentir seul face à une somme de besoins clients qui nous dépasse. Comme une envie de déployer ses ailes pour atteindre la bonne envergure tout en réalisant cruellement que ses propres ailes ont une taille limitée et qu’elles ne grandiront pas. Vivre avec soi-même, ses problèmes/faiblesses/échecs professionnels devient une prouesse quotidienne surtout lorsque la solitude professionnelle confirme d’autant plus le besoin d’avoir des relations professionnelles de qualité avec ses collègues.
  • Administratif : si vous n’aimez pas du tout la comptabilité, la fiscalité, les contrats, les factures, les timesheet, les agendas compliqués, etc. alors soyons très honnêtes, la charge administrative des indépendants va probablement vous assommer au début. Ceux qui souffrent de “phobie administrative”, passez votre chemin !

III. Une double conclusion 

Imaginons pour illustrer cet article un “CDI hybride” comprenant une clause de renouvellement volontaire et unilatérale de l’employé tous les 3 mois. L’avantage est simple, le salarié réaffirme tous les 3 mois sa motivation/détermination dans son choix libre de poursuivre son travail selon les conditions de travail définies, la “routine contractuelle” n’existe donc plus. De même l’employeur peut s’assurer du bien-être et de l’investissement professionnel adéquat de son salarié dans un respect accru de son indépendance.
En toute honnêteté je pense que beaucoup de salariés ne resigneraient pas le prolongement de ce CDI hybride bien avant la démission effective qu’ils auraient posée avec un CDI classique. Il me semble que le salariat implique d’avaler plus de couleuvres / de grincer  plus souvent des dents, en raison de frustrations liées à de perpétuels espoirs d’amélioration des conditions de travail. Espoirs trop souvent déçus dans mon expérience personnelle salariée passée. Je laisse néanmoins chaque salarié qui me lit se poser la question et y répondre honnêtement.

En définitive, ce choix professionnel entre salarié et indépendant n’est pas la résultante des aléas de la vie professionnelle ou d’un jeu d’opportunités, c’est un choix intime lié à votre état d’esprit et votre caractère.
Si vous en sentez le besoin, il faut savoir vous écouter et tenter cette aventure de l’indépendance : l’aventure -maîtrisée ou pas totalement- nous enthousiasme et nous donne le plus souvent l’envie de nous dépasser, d’aller plus loin 🔥.

Vos commentaires salariés ou indépendants sont les très bienvenus 😉 !

Les actifs commencent à en avoir vraiment ras-le-bol !

Depuis le début de l’année 2020, nous vivons tous dans un environnement chamboulé, c’est le moins que l’on puisse dire !

l’épuisement d’énervements

Entre mesures et contre-mesures sanitaires, économiques, et sociétales; nous ne cessons de surnager dans un environnement plutôt hostile, carrément imprévisible et apparemment infiniment plus complexe qu’avant le Covid.

Je constate, à mon modeste niveau, l’énervement et même l’épuisement d’énervements des professionnels que je côtoie. Sans être défaitiste et pessimiste, je crains que l’été ne suffise plus cette fois à reposer les professionnels. Car, contrairement à l’été dernier, il y a de plus en plus de sujets clivants et de désarroi qui ne permettent pas d’espérer une sortie de crise rapide et certaine.

Pourquoi en rajouter une couche avec un article peu réjouissant me direz-vous ?

Cet article est une fusée de détresse pour les managers, les chefs d’entreprises, les intervenants externes. Plus que jamais il est nécessaire et utile d’adopter un esprit constructif et bienveillant, de prendre soin de vos collaborateurs et collègues, d’être réellement à l’écoute !

réveiller les enthousiasmes, apaiser les esprits meurtris

Il s’agit de mettre en place des solutions concrètes pour faciliter le travail, pour lui redonner sa joie, sa noblesse, son attrait. Les idées ne manquent pas :

  • permettre la semaine de 4 jours avec des plages horaires élargies et sans perte de productivité (l’article de businessinsider sur le succès de l’expérimentation menée en Islande est inspirant ! Et l’exemple de Microsoft Japan reste bluffant !),
  • réduire les temps de réunions ou a minima tester des nouveaux formats plus captivants en intégrant par exemple un moment découverte organisé à l’initiative d’un collaborateur,
  • favoriser les initiatives personnelles avec un budget sponsorisant les meilleures idées pour l’efficience de l’entreprise, pour le bien vivre des collaborateurs, pour le meilleur évènement encourageant l’esprit de cohésion, etc.
  • encourager des séances vis-ma-vie pour découvrir un autre métier ou un tout autre aspect du même métier le temps d’une après-midi ou d’une matinée,
  • brainstorming avec post-it, laboratoire d’exploration-innovation, RETEX (Retour d’Expérience sur un sujet en cours, un succès ou un échec), duos collaboratifs aléatoires sur des tâches précises, concours culinaires, évènements surprises, etc.

Au delà du télétravail et des aménagements de circonstances, il faut réveiller les enthousiasmes, apaiser les esprits meurtris. Nos entreprises sont avant tout des aventures humaines partagées et il est nécessaire (vital !), après tant de mois de pénibilité voire d’absurdité, de redonner pétillance, élan, cohésion avec un vrai esprit chaleureux et l’allégresse de surmonter cette crise la tête haute.

ne plus avoir envie de travailler, c’est déjà déprimer

Sans pousser jusqu’à la fameuse phrase à mon humble avis douteuse et goguenarde “le travail, c’est la santé !”, je crois qu’il est nécessaire d’épauler ces actifs qui en ont marre et qui en ont même marre d’en avoir marre. Affaissements de motivation, détresses non-dites, absences de réponses, manques d’attention, je vois des signaux tout sauf faibles de personnes qualifiées qui semblent ne plus avoir envie de travailler. Or, je crains que ne plus avoir envie de travailler, c’est déjà déprimer. L’entreprise, en tant que personne morale n’a pas de cœur; néanmoins chaque contributeur porte la responsabilité individuelle d’améliorer de son mieux le quotidien de ses confères et consœurs en humanité.

La satisfaction du travail bien fait, la fierté du travail accompli, le décuplement d’impact du combo passion-travail, la puissance d’épanouissement d’un succès professionnel sont des moteurs incroyables d’une formidable énergie humaine que je souhaite ardemment revoir dans les openspaces, les calls, les visios et même les emails et les documents de procédures ou de spécifications !

Personne ne peut travailler efficacement s’il n’a pas conscience d’être utile et d’être soutenu !

Le danger de la déconstruction professionnelle se tapie dans la démotivation, la frustration, le mécontentement.

#ProtectPeople&Passion

À bon entendeur, salut !