Rose altitude

Pas certain pour la bonne année… mais tous mes vœux quand même !

C’est par cette formule iconoclaste en temps de Covid que ma journée du premier de l’An 2022 a démarré.

Je me suis moi-même surpris en plein déni d’humanité à plusieurs reprises en doutant tout simplement que l’absurdité soit elle-même encore plus contagieuse que le virus. Cette incantation gênée en guise de vœux  ne m’a donc pas vraiment choqué. Pire, dans un monde qui donne autant d’importance aux normes, aux réglementations, lois, décrets, circulaires, directives; les normes sanitaires plus ou moins liberticides par ailleurs, ont le don de me faire perdre espoir en notre humanité.

Oui, 2021 a été une année éprouvante, et même encore plus que 2020. Oui, il y a une frustration à constater tout ce qui n’a pas pu être réalisé avec comme cause plus ou moins directe cette fichue pandémie. Oui il y a une forme de peur de l’avenir, de force incapacitante à se projeter. Mais le pire finalement n’est pas une maladie ou ses conséquences aussi dramatiques soient elles, le pire c’est nous : notre propre déclin mis à nu de façon encore plus brutale et saugrenue qu’une guerre atomique.

Nous sommes aujourd’hui incapables de créer une boucle vertueuse en réaction à ce nouveau mal : une nouvelle organisation qui impliquerait des résultats positifs, des résultats positifs qui impliqueraient une meilleure entente, une meilleure entente qui raffermirait nos motivations, nos fortes motivations qui amélioreraient encore l’organisation pour produire encore plus de résultats positifs.

Au lieu de cela, la dynamique humaine positive semble irrémédiablement brisée : nul grand espoir n’apparaît d’une communauté, d’une nation, d’un gouvernement bien inspiré(e)s. La grande moutonnade se poursuit vers toujours plus de tests, de doses, de mesures sanitaires, de contraintes en tout genre. Le tout dans un esprit désabusé et souvent désarmé ou en tout cas désarçonné. Une frustration profonde, un spleen qui dure parce que notre société n’arrive pas à changer positivement son comportement face à un nouveau fléau.

Avant le Covid, je considérais le terrorisme et les guerres comme les pires fléaux de notre humanité.  C’était avant. Maintenant, sans avoir connu la peste ni une épidémie mortelle comparable, je crois bien que je suis encore plus traumatisé par une maladie contagieuse (pas forcément mortelle) et surtout par les réactions irrationnelles des mes frères et sœurs en humanité.

Pourtant, le soleil continue de se lever chaque matin, la lumière vient effacer les ténèbres avec la même régularité et la même détermination, les arbres continuent de grandir lentement, les bons vins continuent de se bonifier selon leur potentiel de garde.

Pourtant nos enfants nous regardent avec la même joie profonde et innocente que rien ne pourra ravir.

Pourtant nos projets se poursuivent avec une énergie qui ne se dément pas.

Pourtant nous continuons de faire face dans des difficultés et des douleurs encore plus déchirantes et coûteuses que le Covid.

L’humanité a encore de très beaux jours devant elle, j’ai hâte d’y prendre part, j’ai hâte de commencer à les faire advenir dès maintenant en 2022, j’ai hâte de continuer de donner à tous mes proches le goût à la vie, la joie de vivre tout simplement.

La contrainte a toujours exacerbé la créativité, je crois en notre capacité commune à trouver les meilleures solutions, à nous attacher à l’essentiel, à retrouver notre bon sens indéboulonnable au fond de nous-mêmes. Au delà du politique, des calculs d’intérêts personnels, des petits arrangements et des grandes trahisons, les hommes et les femmes sont capables du meilleur possible.

Et même si il faut du temps pour réagir collectivement et dépasser la prise de conscience par des actions positives concrètes, je continuerai d’y croire et d’essayer à mon modeste niveau de favoriser cette poursuite de notre aventure humaine réussie quoi qu’on en dise !

Avec beaucoup d’optimisme pour 2022, notre dizaine d’années à venir, et même notre siècle; je vous souhaite une EXCELLENTE année 2022.

 

Crédit photo : Thibaut Gallineau.

 

 

 

 

 

Partager

Thibaut Gallineau

Thibaut Gallineau est Consultant Indépendant à Genève pour les Services Financiers et les PME, sa curiosité intellectuelle l'a aussi poussé à devenir Enseignant-Chercheur et Professeur Associé dans plusieurs Business School et à créer avec des amis l'entreprise TechVitam. Marié et père de 5 enfants l'ennui ne fait heureusement pas partie de sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *