Rose altitude

Pas certain pour la bonne année… mais tous mes vœux quand même !

C’est par cette formule iconoclaste en temps de Covid que ma journée du premier de l’An 2022 a démarré.

Je me suis moi-même surpris en plein déni d’humanité à plusieurs reprises en doutant tout simplement que l’absurdité soit elle-même encore plus contagieuse que le virus. Cette incantation gênée en guise de vœux  ne m’a donc pas vraiment choqué. Pire, dans un monde qui donne autant d’importance aux normes, aux réglementations, lois, décrets, circulaires, directives; les normes sanitaires plus ou moins liberticides par ailleurs, ont le don de me faire perdre espoir en notre humanité.

Oui, 2021 a été une année éprouvante, et même encore plus que 2020. Oui, il y a une frustration à constater tout ce qui n’a pas pu être réalisé avec comme cause plus ou moins directe cette fichue pandémie. Oui il y a une forme de peur de l’avenir, de force incapacitante à se projeter. Mais le pire finalement n’est pas une maladie ou ses conséquences aussi dramatiques soient elles, le pire c’est nous : notre propre déclin mis à nu de façon encore plus brutale et saugrenue qu’une guerre atomique.

Nous sommes aujourd’hui incapables de créer une boucle vertueuse en réaction à ce nouveau mal : une nouvelle organisation qui impliquerait des résultats positifs, des résultats positifs qui impliqueraient une meilleure entente, une meilleure entente qui raffermirait nos motivations, nos fortes motivations qui amélioreraient encore l’organisation pour produire encore plus de résultats positifs.

Au lieu de cela, la dynamique humaine positive semble irrémédiablement brisée : nul grand espoir n’apparaît d’une communauté, d’une nation, d’un gouvernement bien inspiré(e)s. La grande moutonnade se poursuit vers toujours plus de tests, de doses, de mesures sanitaires, de contraintes en tout genre. Le tout dans un esprit désabusé et souvent désarmé ou en tout cas désarçonné. Une frustration profonde, un spleen qui dure parce que notre société n’arrive pas à changer positivement son comportement face à un nouveau fléau.

Avant le Covid, je considérais le terrorisme et les guerres comme les pires fléaux de notre humanité.  C’était avant. Maintenant, sans avoir connu la peste ni une épidémie mortelle comparable, je crois bien que je suis encore plus traumatisé par une maladie contagieuse (pas forcément mortelle) et surtout par les réactions irrationnelles des mes frères et sœurs en humanité.

Pourtant, le soleil continue de se lever chaque matin, la lumière vient effacer les ténèbres avec la même régularité et la même détermination, les arbres continuent de grandir lentement, les bons vins continuent de se bonifier selon leur potentiel de garde.

Pourtant nos enfants nous regardent avec la même joie profonde et innocente que rien ne pourra ravir.

Pourtant nos projets se poursuivent avec une énergie qui ne se dément pas.

Pourtant nous continuons de faire face dans des difficultés et des douleurs encore plus déchirantes et coûteuses que le Covid.

L’humanité a encore de très beaux jours devant elle, j’ai hâte d’y prendre part, j’ai hâte de commencer à les faire advenir dès maintenant en 2022, j’ai hâte de continuer de donner à tous mes proches le goût à la vie, la joie de vivre tout simplement.

La contrainte a toujours exacerbé la créativité, je crois en notre capacité commune à trouver les meilleures solutions, à nous attacher à l’essentiel, à retrouver notre bon sens indéboulonnable au fond de nous-mêmes. Au delà du politique, des calculs d’intérêts personnels, des petits arrangements et des grandes trahisons, les hommes et les femmes sont capables du meilleur possible.

Et même si il faut du temps pour réagir collectivement et dépasser la prise de conscience par des actions positives concrètes, je continuerai d’y croire et d’essayer à mon modeste niveau de favoriser cette poursuite de notre aventure humaine réussie quoi qu’on en dise !

Avec beaucoup d’optimisme pour 2022, notre dizaine d’années à venir, et même notre siècle; je vous souhaite une EXCELLENTE année 2022.

 

Crédit photo : Thibaut Gallineau.

 

 

 

 

 

Les actifs commencent à en avoir vraiment ras-le-bol !

Depuis le début de l’année 2020, nous vivons tous dans un environnement chamboulé, c’est le moins que l’on puisse dire !

l’épuisement d’énervements

Entre mesures et contre-mesures sanitaires, économiques, et sociétales; nous ne cessons de surnager dans un environnement plutôt hostile, carrément imprévisible et apparemment infiniment plus complexe qu’avant le Covid.

Je constate, à mon modeste niveau, l’énervement et même l’épuisement d’énervements des professionnels que je côtoie. Sans être défaitiste et pessimiste, je crains que l’été ne suffise plus cette fois à reposer les professionnels. Car, contrairement à l’été dernier, il y a de plus en plus de sujets clivants et de désarroi qui ne permettent pas d’espérer une sortie de crise rapide et certaine.

Pourquoi en rajouter une couche avec un article peu réjouissant me direz-vous ?

Cet article est une fusée de détresse pour les managers, les chefs d’entreprises, les intervenants externes. Plus que jamais il est nécessaire et utile d’adopter un esprit constructif et bienveillant, de prendre soin de vos collaborateurs et collègues, d’être réellement à l’écoute !

réveiller les enthousiasmes, apaiser les esprits meurtris

Il s’agit de mettre en place des solutions concrètes pour faciliter le travail, pour lui redonner sa joie, sa noblesse, son attrait. Les idées ne manquent pas :

  • permettre la semaine de 4 jours avec des plages horaires élargies et sans perte de productivité (l’article de businessinsider sur le succès de l’expérimentation menée en Islande est inspirant ! Et l’exemple de Microsoft Japan reste bluffant !),
  • réduire les temps de réunions ou a minima tester des nouveaux formats plus captivants en intégrant par exemple un moment découverte organisé à l’initiative d’un collaborateur,
  • favoriser les initiatives personnelles avec un budget sponsorisant les meilleures idées pour l’efficience de l’entreprise, pour le bien vivre des collaborateurs, pour le meilleur évènement encourageant l’esprit de cohésion, etc.
  • encourager des séances vis-ma-vie pour découvrir un autre métier ou un tout autre aspect du même métier le temps d’une après-midi ou d’une matinée,
  • brainstorming avec post-it, laboratoire d’exploration-innovation, RETEX (Retour d’Expérience sur un sujet en cours, un succès ou un échec), duos collaboratifs aléatoires sur des tâches précises, concours culinaires, évènements surprises, etc.

Au delà du télétravail et des aménagements de circonstances, il faut réveiller les enthousiasmes, apaiser les esprits meurtris. Nos entreprises sont avant tout des aventures humaines partagées et il est nécessaire (vital !), après tant de mois de pénibilité voire d’absurdité, de redonner pétillance, élan, cohésion avec un vrai esprit chaleureux et l’allégresse de surmonter cette crise la tête haute.

ne plus avoir envie de travailler, c’est déjà déprimer

Sans pousser jusqu’à la fameuse phrase à mon humble avis douteuse et goguenarde “le travail, c’est la santé !”, je crois qu’il est nécessaire d’épauler ces actifs qui en ont marre et qui en ont même marre d’en avoir marre. Affaissements de motivation, détresses non-dites, absences de réponses, manques d’attention, je vois des signaux tout sauf faibles de personnes qualifiées qui semblent ne plus avoir envie de travailler. Or, je crains que ne plus avoir envie de travailler, c’est déjà déprimer. L’entreprise, en tant que personne morale n’a pas de cœur; néanmoins chaque contributeur porte la responsabilité individuelle d’améliorer de son mieux le quotidien de ses confères et consœurs en humanité.

La satisfaction du travail bien fait, la fierté du travail accompli, le décuplement d’impact du combo passion-travail, la puissance d’épanouissement d’un succès professionnel sont des moteurs incroyables d’une formidable énergie humaine que je souhaite ardemment revoir dans les openspaces, les calls, les visios et même les emails et les documents de procédures ou de spécifications !

Personne ne peut travailler efficacement s’il n’a pas conscience d’être utile et d’être soutenu !

Le danger de la déconstruction professionnelle se tapie dans la démotivation, la frustration, le mécontentement.

#ProtectPeople&Passion

À bon entendeur, salut !