Rose altitude

Pas certain pour la bonne année… mais tous mes vœux quand même !

C’est par cette formule iconoclaste en temps de Covid que ma journée du premier de l’An 2022 a démarré.

Je me suis moi-même surpris en plein déni d’humanité à plusieurs reprises en doutant tout simplement que l’absurdité soit elle-même encore plus contagieuse que le virus. Cette incantation gênée en guise de vœux  ne m’a donc pas vraiment choqué. Pire, dans un monde qui donne autant d’importance aux normes, aux réglementations, lois, décrets, circulaires, directives; les normes sanitaires plus ou moins liberticides par ailleurs, ont le don de me faire perdre espoir en notre humanité.

Oui, 2021 a été une année éprouvante, et même encore plus que 2020. Oui, il y a une frustration à constater tout ce qui n’a pas pu être réalisé avec comme cause plus ou moins directe cette fichue pandémie. Oui il y a une forme de peur de l’avenir, de force incapacitante à se projeter. Mais le pire finalement n’est pas une maladie ou ses conséquences aussi dramatiques soient elles, le pire c’est nous : notre propre déclin mis à nu de façon encore plus brutale et saugrenue qu’une guerre atomique.

Nous sommes aujourd’hui incapables de créer une boucle vertueuse en réaction à ce nouveau mal : une nouvelle organisation qui impliquerait des résultats positifs, des résultats positifs qui impliqueraient une meilleure entente, une meilleure entente qui raffermirait nos motivations, nos fortes motivations qui amélioreraient encore l’organisation pour produire encore plus de résultats positifs.

Au lieu de cela, la dynamique humaine positive semble irrémédiablement brisée : nul grand espoir n’apparaît d’une communauté, d’une nation, d’un gouvernement bien inspiré(e)s. La grande moutonnade se poursuit vers toujours plus de tests, de doses, de mesures sanitaires, de contraintes en tout genre. Le tout dans un esprit désabusé et souvent désarmé ou en tout cas désarçonné. Une frustration profonde, un spleen qui dure parce que notre société n’arrive pas à changer positivement son comportement face à un nouveau fléau.

Avant le Covid, je considérais le terrorisme et les guerres comme les pires fléaux de notre humanité.  C’était avant. Maintenant, sans avoir connu la peste ni une épidémie mortelle comparable, je crois bien que je suis encore plus traumatisé par une maladie contagieuse (pas forcément mortelle) et surtout par les réactions irrationnelles des mes frères et sœurs en humanité.

Pourtant, le soleil continue de se lever chaque matin, la lumière vient effacer les ténèbres avec la même régularité et la même détermination, les arbres continuent de grandir lentement, les bons vins continuent de se bonifier selon leur potentiel de garde.

Pourtant nos enfants nous regardent avec la même joie profonde et innocente que rien ne pourra ravir.

Pourtant nos projets se poursuivent avec une énergie qui ne se dément pas.

Pourtant nous continuons de faire face dans des difficultés et des douleurs encore plus déchirantes et coûteuses que le Covid.

L’humanité a encore de très beaux jours devant elle, j’ai hâte d’y prendre part, j’ai hâte de commencer à les faire advenir dès maintenant en 2022, j’ai hâte de continuer de donner à tous mes proches le goût à la vie, la joie de vivre tout simplement.

La contrainte a toujours exacerbé la créativité, je crois en notre capacité commune à trouver les meilleures solutions, à nous attacher à l’essentiel, à retrouver notre bon sens indéboulonnable au fond de nous-mêmes. Au delà du politique, des calculs d’intérêts personnels, des petits arrangements et des grandes trahisons, les hommes et les femmes sont capables du meilleur possible.

Et même si il faut du temps pour réagir collectivement et dépasser la prise de conscience par des actions positives concrètes, je continuerai d’y croire et d’essayer à mon modeste niveau de favoriser cette poursuite de notre aventure humaine réussie quoi qu’on en dise !

Avec beaucoup d’optimisme pour 2022, notre dizaine d’années à venir, et même notre siècle; je vous souhaite une EXCELLENTE année 2022.

 

Crédit photo : Thibaut Gallineau.

 

 

 

 

 

Pourquoi n’êtes vous pas à l’écoute de vos collaborateurs ?

Après la grande mode de la fameuse “détection des signaux faibles”, si on parlait des signaux forts, incontournables, inévitables qui empoisonnent la vie de l’entreprise et surtout celles de ses collaborateurs(rices) ?

Démissions, turnover élevé,  sous-effectif, arrêts maladies, surmenage, burn-out, etc. : quand la spirale infernale est lancée, l’entreprise est en crise ! Sortir de cette ornière passe nécessairement par une approche collégiale pour verbaliser ce qui nuit aux hommes et femmes qui composent l’entreprise.

Le “théorisme” : théoriser une réalité sans la vivre

Pourtant, j’ai pu trop souvent constater le paradoxe du manque de connaissances réelles des cadres de direction sur les conditions de travail du quotidien de leurs équipes. Venir saluer ses équipes de temps en temps et parler du beau temps, n’a rien à voir avec s’impliquer réellement dans leur quotidien pour constater les non-sens, les irritations qui minent l’ambiance, les difficultés récurrentes, et toutes les pénibilités vécues. Au delà du classique “rapport d’étonnements” des nouveaux arrivants, j’aimerais voir une entreprise qui fasse une relecture régulière des “rapports de pénibilités“. Plus faciles à remplir qu’une “boîte à idées” et probablement plus utiles !

Se targuer de connaître les conditions de travail de ses employé(e)s sans les vivre ou a minima les avoir vécus récemment c’est un peu comme croire en une réalité parallèle sans y être jamais allé : du “théorisme” à l’état pur. Au delà des journées “vis-ma-vie”, il faut prendre le temps de parler et de formaliser ce qui ne va pas. Quand on pense que dans la majorité des entreprises d’aujourd’hui, on ne prend même pas le temps de penser tellement on est absorbé par les tâches ! Loin des fuites en avant des positivistes effrénés, il faut prendre du temps pour ce qui ne va pas, ce qui coince, ce qui gêne, et donner du temps au temps pour le penser, le comprendre et enfin le résoudre de la meilleure manière possible.

Note à nous-mêmes qui lisons cet article : penser résoudre rapidement une pénibilité qui finalement n’est pas résolue -voire a empiré-, est encore pire que de ne rien faire d’un point de vue baisse de motivation 📉.

L’arbre qui cache la forêt 🌳

J’ai pu constater un autre paradoxe, tout aussi dramatique en terme de conséquences. Plus vous faites porter sur une fonction (audit ou contrôle interne) la responsabilité de trouver des défaillances majeures, plus le panorama des défaillances medium ou mineures s’élargit et s’enrichit au cours du temps.  Ce bon vieux principe d’arbre qui cache la forêt a encore de beaux jours devant lui dans nos entreprises !

Si certains récents collaborateurs peuvent finalement s’avérer être des “erreurs de casting” plus ou moins rapidement, d’autres présents depuis plus longtemps – disons minimum 2 ans -, font eux-mêmes partie de la culture d’entreprise. C’est-à-dire qu’ils ne font pas simplement qu’appartenir ou posséder cette culture d’entreprise, il la constitue, la façonne, l’incarne. Ils ressentent mieux que les nouveaux arrivants ce qui ne va pas mais ne le disent pas assez. D’autant plus si la parole n’est pas libre, si l’ambiance est guindée, ou même juste si le management a tendance à s’habituer à ce qui ne va pas ou à ne pas le considérer.

Aux petits maux, les bons remèdes

J’appelle de tous mes meilleurs vœux – plus utiles et concrets que ceux du changement d’année – les dirigeant(e)s d’entreprises, les cadres supérieurs à être parfaitement intransigeants avec les pénibilités vécues de leurs collaborateurs(rices). Dans un même esprit, j’appelle également de tous mes meilleurs vœux les équipes opérationnelles à constater pragmatiquement ces pénibilités, à les communiquer et les verbaliser (dans les deux sens du terme, trouver les bons mots et mettre à l’amende la pénibilité pour l’empêcher de se poursuivre).

Pour conclure, ce que j’aime dans mon métier, c’est trouver les meilleures solutions à des problèmes souvent complexes, toujours uniques, et rarement plaisants. Pour chaque problème, trouver une solution est une banalité; trouver la meilleure solution est un art mais jamais un luxe. Pour trouver la meilleure solution, je ne connais pas de meilleures méthodes que d’être constamment à l’écoute. Prendre du temps pour pointer, analyser, discuter vos problèmes et pénibilités d’entreprise avant de passer à leur résolution n’est pas un luxe, c’est une nécessité vertueuse et bienfaitrice.

 

Bien à vous tous,

T

crédit photo : iStock