Dédicace au “No Answer Club”

Il y a pire que recevoir une réponse négative plus ou moins polie, plus ou moins abrupte, plus ou moins décevante : ne recevoir AUCUNE RÉPONSE.

Le Club des No Answer

Parfois, c’est tout à fait normal et à propos de ne pas répondre, je pense aux messages automatisés de démarchage, aux demandes de connexion inopportunes, à des invitations hors sujet ou non personnalisées, à une attaque personnelle et gratuite, etc.
Mais en revanche, ceux qui ne me répondent pas à des propositions amicales, à des questions de réelle curiosité, à des déclarations d’intentions mûrement réfléchies, je les classe méticuleusement dans une liste de mon smartphone que j’ai baptisée “Le Club des No Answer”. J’y retrouve pêle-mêle des anciens collègues, des voisins indélicats, des responsables associatifs, des anciens amis qui m’ont tourné le dos sans daigner m’expliquer pourquoi, etc.

Je leur dédicace cet article pour deux raisons :

  • la déception encore plus grande qu’ils ont pu susciter alors qu’un NON clair, franc et massif aurait été beaucoup moins décevant et beaucoup plus simple et appréciable.
  • l’ignorance feinte de l’autre dans ce jeu pervers de ne pas répondre pour n’importe quel mauvais prétexte (orgueil, mépris de l’autre, honte de soi, mauvaise gestion de son temps, etc.).

Être Sneaky

Un NON prend moins d’une seconde à être prononcé ou à s’écrire sur un clavier et me semble beaucoup plus bienveillant, humaniste et intelligent qu’un silence radio prolongé à l’infini.

Un demi-NON n’a pas autant de valeur qu’un vrai NON; mais il donne déjà une teinte, une compréhension nette en dépit d’une maladresse de politesse ou de faux espoirs.

Un demi-OUI vaut encore moins qu’un demi-NON car il s’encombre d’un manque de constance, de confiance, de force de caractère qui ne conduit qu’à une amère déconvenue.

Une temporisation comme par exemple “je reprends contact avec toi d’ici …” peut parfaitement se comprendre et se respecter si elle est vraiment suivie d’une réponse in fine.

Mais une absence totale de réponse ou une absence de réponse après temporisation a un effet dévastateur sur la qualité et la pérennité de la relation, un peu comme une baffe dans la gueule. C’est d’autant plus irrespectueux que j’associe ce choix délibéré de ne pas répondre, par mon expérience professionnelle passée à la City, à ce talent typiquement British que j’appelle être sneaky (délibérément sournois).

Sans réponse, la relation meurt.

J’ai ainsi créé depuis quelques années cette petite liste dans un coin de mon smartphone pour ne jamais oublier le ressenti de la baffe si d’aventure un prochain échange devait avoir lieu. C’est toujours mieux de savoir à qui vous avez à faire et de ne pas avoir la mémoire qui flanche. Effectivement, faire face à un serpent qui vous regarde fixement en faisant vibrer sa langue fourchue n’a rien de plaisant, de rassurant ou d’engageant pour démarrer une nouvelle conversation.

En cas d’excuses sincères, je n’applique pas de principe de double peine et suis prêt à réviser mon opinion établie de la personne en question mais ne nous y trompons pas, je ne tendrai pas, même sous contrainte, l’autre joue pour me prendre une seconde baffe en cas de proposition ou demande nécessitant une réponse. J’aviserai pour faire soumettre la question ou la proposition par quelqu’un d’autre si possible et sinon j’inclurai très clairement le rappel à la politesse de la réponse dans ma demande de réponse. L’absence de réponse nuit gravement à la qualité de la relation, sans réponse la relation meurt; et si l’erreur est humaine, persévérer est diabolique.

Léonard de Vinci avait la suprême intelligence de la formule en écrivant “Ne pas prévoir, c’est déjà gémir”.
Je le paraphrase maladroitement en me rappelant à moi-même mon exigence personnelle, le point d’honneur que mets à toujours donner une réponse :

Ne pas répondre, c’est déjà s’enfuir.

Crédit Image : Canva Pro

Partager

Thibaut Gallineau

Thibaut Gallineau est Consultant Indépendant à Genève pour les Services Financiers et les PME, sa curiosité intellectuelle l'a aussi poussé à devenir Enseignant-Chercheur et Professeur Associé dans plusieurs Business School et à créer avec des amis l'entreprise TechVitam. Marié et père de 5 enfants l'ennui ne fait heureusement pas partie de sa vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *