Il ne faut pas mélanger les pommes et les poires !

Dans l’esprit du grand public, on peut assez facilement confondre les formations de type CAS-HES avec les brevets et diplômes fédéraux. Tout cela est associé à de la formation continue, alors que ces types de formations ne jouent pas dans la même catégorie. Cela incite au moins à deux choses : ne pas mélanger les régimes de financement et maintenir des systèmes de filtrage d’accès qui respectent la philosophie des prérequis qui sous-tend ces deux systèmes.

Le monde de la formation continue est très complexe, aussi bien pour les participants aux formations que pour les entreprises. Très fréquemment survient la question, de la concurrence entre les formations continues de type CAS, DAS, MAS proposés par des Hautes Ecoles et les formations supérieures de brevets et de diplômes fédéraux, au bénéfice d’un titre reconnu par la Confédération.

Dans les faits, on compare des pommes et des poires si on compare un CAS qui va délivrer jusqu’à 15 crédits ECTS et un brevet fédéral, car les deux formations s’adressent à des profils  et à des projets professionnels différents, s’inscrivent dans des environnements spécifiques et répondent à des projets professionnels différents, même si les matières enseignées peuvent être proches.

De nombreuses vraies différences

En réalité, les deux titres n’ont pas la même valeur en ce qui concerne leur reconnaissance et n’ont pas la même finalité. Le brevet et le diplôme fédéral sont des titres relevant de la formation supérieure, reconnus par la Confédération, à la suite d’un examen fédéral organisé par les associations professionnelles nationales. Le brevet, par exemple, a vocation à former à la pratique d’un métier à un haut niveau de responsabilités.  Le CAS-HES, lui, est un titre relevant de la formation continue, reconnu par les écoles de niveau universitaires entre elles, au moyen d’une norme européenne (système dit de Bologne) que sont les crédits ECT, délivré à la suite d’un examen. Ces crédits ECTS permettent de passer d’une école à l’autre, avec un système de reconnaissance, permettant de cumuler des crédits de formation et de faire ensuite un DAS ou un MAS. La plupart du temps, le contenu des examens est fixé par les écoles, les chargés de cours ont le plus souvent un profil académique ou disposent d’un titre de niveau académique et les matières enseignées ne sont pas forcément orientées sur l’exercice d’un métier. Les prérequis permettant d’accéder à ces deux types de formations sont aussi très différents mais exigeants dans les deux cas, soit du point de vue de la pratique professionnelle soit par les titres de formation dont il faut disposer comme prérequis.

Le crédit ECTS n’a pas de valeur de qualité

Très souvent les candidats à un CAS pensent que la valeur sur le marché de leur diplôme vaut par le nombre de crédits ECTS qu’il donne. En fait les crédits ECTS ne sont qu’un système de calcul du temps consacré à la formation (1 crédit = 30 heures de formation) et n’ont rien à voir avec la valeur de la formation aux yeux d’un responsable RH. Ce qui aura de la valeur ce sera bien davantage le prestige de l’école délivrant le diplôme. Pour le brevet fédéral, le prestige de l’école donnant la formation n’a aucune importance dans la valeur du titre obtenu, seule compte la valeur accordée par la reconnaissance de la Confédération ou la reconnaissance de la branche. On voit immédiatement que les différences sont grandes sur de nombreux points.

Vive la différence !

Il n’y a pas un titre meilleur l’un que l’autre, ce sont des titres différents de deux univers de formation totalement différents. Il faut à mon avis maintenir cette différence et l’expliquer sans cesse. Il faut aussi veiller politiquement à ce que ces deux systèmes restent régis par des règles différentes, avec des passerelles possibles, mais bien cadrées. Cela incite de ce fait au moins à deux choses : ne pas mélanger les régimes de financement et maintenir des systèmes de filtrage d’accès qui respectent la philosophie des prérequis qui sous-tend ces deux systèmes différents. C’est ce que je développerai dans mes prochains blogs.

Frédéric Bonjour

Frédéric Bonjour

Après avoir dirigé un centre de formation pour les apprentis de l'industrie des machines et avoir oeuvré en faveur de la formation professionnelle, Frédéric Bonjour reprend la direction de la marque Romandie Formation appartenant au Centre Patronal. Depuis lors, il chapeaute une offre de près de 30 brevets et diplômes fédéraux, avec plus de 1000 candidats en formation et quelques 300 chargés de cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *