PME: mettez votre communication sur la bonne voix.

Aujourd’hui la recherche vocale, les appareils connectés et autres chatbots s’immiscent peu à peu dans le quotidien des consommateurs et viennent transformer les habitudes de recherche. Rien que pour cette année, l’utilisation d’appareils à commande vocale devrait augmenter de 120% et pas moins de 50% des recherches seront vocales ou visuelles d’ici à 2020. Dès lors, comment positionner votre entreprise pour être certain de ne pas rater le train? Tendez l’oreille!

Leaders du big data, les GAFA ont développé les premiers assistants vocaux grand public. Dans la foulée, les fabricants d’enceintes connectées ont tous intégré les fonctionnalités de Google Assistant ou d’Amazon Alexa. En parallèle, les géants de l’électronique – voitures mais aussi thermostats, compteurs, prises électriques, serrures – commencent à remplacer boutons et commandes par des assistants vocaux. Les objets connectés sont donc de plus à notre écoute, si si! Même si l’interaction par la voix est encore loin d’être aussi intuitive que le tactile, plusieurs projections estiment à 20% l’augmentation des échanges avec l’assistant vocal de son smartphone en 2019.

Il faut savoir que plus du tiers des usagers d’assistant vocal l’emploient quotidiennement, que ce soit pour se renseigner sur la météo, le dernier morceau de musique à la mode ou toute autre question qui leur vient à l’esprit. D’ailleurs, que se passe-t-il lorsque vous l’interrogez pour connaître le nom du meilleur restaurant près de chez vous? Il s’agit presque exclusivement des deux ou trois premiers résultats de Google qui sont énoncés. Avec un échantillon toujours plus réduit, figurer en tête de liste est d’autant plus important. Reste donc à savoir comment positionner votre entreprise, vos produits ou vos services pour avoir la garantie… de vous faire entendre.

Pensez parlé, c’est le secret.

Un des moyens les plus couramment utilisés pour figurer dans les résultats des recherches vocales est de mettre en place une bonne vieille FAQ sur son site web. L’idée est de fournir d’emblée des réponses aux questions les plus couramment posées par son public cible. Dans le cas d’une fiduciaire par exemple, il faudra veiller à se concentrer sur des réponses à des questions du type «Comment payer moins d’impôts?».

Pour avoir une chance d’être cité par un assistant vocal, vous devez effectuer un travail de recherche pour anticiper aux mieux les questions des internautes. Le principal défi est d’apprendre à exprimer un maximum d’idées en un minimum de mots et maximiser ainsi ses chances d’être sélectionné. Créer une FAQ performante ne demande que peu de temps et s’avère très utile. Pour vous aider à la tâche, il existe des outils en ligne très pratiques qui génèrent des questions à partir de vos mots-clés. Sinon une agence de communication peut s’en charger et vous prodiguer des conseils personnalisés. Je vous recommande d’en profiter car c’est l’occasion de vous faire une idée exacte du volume de recherche et surtout de mesurer la concurrence! Enfin, n’oubliez jamais de rédiger des réponses courtes et pertinentes afin de délivrer l’information le plus rapidement possible.

 

«L’idée est de fournir d’emblée des réponses aux questions les plus couramment posées par son public cible.»

 

Et comme toujours, o-pti-mi-sez!

Comme je viens de l’évoquer, la plupart des utilisateurs d’assistant vocal s’attendent à une réponse quasi instantanée. De récentes expertises en matière de SEO ont révélé que les réponses données par les assistants vocaux proviennent de pages 52% plus rapides que la moyenne ; le temps de chargement améliore donc sa présence dans les recherches vocales. Google précise que cette optimisation est d’autant plus essentielle qu’elle est un facteur de référencement naturel. Entendu?

L’autre priorité dans l’optimisation de son site web est d’être «mobile friendly». La moitié des consommateurs recherche le plus souvent un produit ou un service alors qu’ils sont déjà en route. Google a annoncé que 20% de ces recherches-là sont réalisées par commande vocale. Des statistiques qui ne cessent d’augmenter… Les internautes naviguant depuis leur mobile privilégient un contenu simple et clair. L’accent doit donc être mis sur la lisibilité avec des phrases courtes composées de mots simples ainsi que des titres accrocheurs. Là encore, n’hésitez pas à faire appel à une agence-conseil pour améliorer votre contenu et augmenter vos chances d’apparaître dans les recherches vocales.

 

 

Vox populi, vox Dei.

À mesure que les assistants vocaux seront utilisés au quotidien par les consommateurs, la publicité par la voix prendra de l’ampleur. Une véritable manne pour les annonceurs… Estimé à plus de 5 milliards de dollars en 2016, le marché de la reconnaissance vocale devrait être multiplié par quatre d’ici cinq ans. Voilà qui motive à ne pas faire la sourde oreille trop longtemps!

L’absence d’écran et l’existence de la voix comme seul canal d’expression immédiate changent la donne. Aussi intelligents que soient les outils de recherche faisant appel à l’IA, ils restent tributaires de la richesse et de la fiabilité des informations fournies par les annonceurs. Pour leur faciliter la tâche, je conseille toujours aux entreprises de veiller à bien structurer les informations présentes sur leur site web. Employez des termes qui intéressent votre public cible ou accompagnez-les de mots déjà utilisés par vos consommateurs potentiels.

En conclusion, mobilité et instantanéité sont les mantras de cette nouvelle forme de publicité native et contextuelle basée sur la reconnaissance vocale. Comme le veut l’adage: «Le premier bon moment pour commencer, c’était hier. Le deuxième bon moment pour commencer, c’est aujourd’hui.» Il est donc temps d’agir pour vous assurer de rester sur la bonne voix… Et plutôt que d’en parler à Siri, parlez-en à un expert. À bon entendeur!

 

Michael Kamm

Michael Kamm

Michael Kamm

Michael Kamm est directeur et propriétaire de l’Agence Trio, la doyenne des agences de publicité en Suisse. Avec plus de trente ans d’expérience dans le domaine de la communication, il s’inscrit comme une figure reconnue de la publicité helvétique et porte le premier titre décerné de «Publicitaire de l’année».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *