Retraite: rente ou capital?

C’est la question que tout le monde se pose au moment de prendre sa retraite: rente ou capital? Notre expert le souligne: la question, il vaut mieux se la poser bien avant. Et commencer le plus tôt possible à se préparer. Voici pourquoi.

«Se faire conseiller? C’est à conseiller»

Willy Lerjen, Senior Relationship Manager au Groupe Mutuel

On le sait, de plus en plus de personnes, en Suisse, vont partir à la retraite ces prochaines années, la génération du baby-boom atteint maintenant 65 ans. Or c’est souvent vers l’âge de 55 ans que les personnes commencent à se poser la question: pour ma retraite, quelle est la solution la plus avantageuse, celle de la rente ou celle du capital? Ou une solution mixte?

Willy Lerjen, Senior Relationship Manager au Groupe Mutuel, conseille régulièrement des personnes à ce sujet. Et est lui-même concerné, puisqu’il s’apprête à prendre bientôt… sa retraite.

 

Groupe Mutuel: Bonjour Willy, comment allez-vous?

Willy Lerjen: Très bien, merci! Mais j’aurais préféré avoir une dernière année de travail avant la retraite qui soit normale, c’est-à-dire au plus près de nos clients. Le Covid en a décidé autrement.

 

Alors, rente ou capital? Que répondez-vous à ceux qui vous posent la question?

Si je peux donner un conseil, c’est de faire cette réflexion le plus tôt possible. Et de s’intéresser au règlement de sa caisse de pension. Quand un proche sollicite mon avis sur la question, je lui demande d’emblée: quel est ton statut? Marié? Divorcé? Des enfants à charge? Cela parce que justement, en fonction du règlement de sa caisse de pension, les conditions ne sont pas les mêmes partout. Certains règlements stipulent que l’on ne peut prendre qu’une certaine partie en capital, d’autres permettent d’en retirer l’entier.

 

Mais la rente, c’est la sécurité d’un revenu régulier, non ?

Oui, mais si vous choisissez l’option rente et que vous n’êtes pas (ou plus) marié, vous devez partir du principe que si vous décédez peu de temps après votre retraite, vous n’aurez touché qu’une petite partie de votre capital. Vos collègues auront peut-être alors une pensée pour vous (réd. sourires).

 

 

Un des critères importants demeure bien sûr celui du taux de conversion. Avec un bon taux de conversion, la rente serait préférable?

Je dirais oui. Mais comme déjà dit, il y a toujours le risque d’un décès survenant tôt après sa retraite. Si l’on est marié, cela pose moins de problèmes puisque l’épouse ou l’époux aura droit à 60% des rentes jusqu’à la fin de sa vie. Là aussi, les règlements sont importants. Certains prévoient qu’il faut être marié et d’autres proposent également des prestations au concubin ou à la concubine. Si ce n’est pas le cas, il convient peut-être d’être plus prudent et de choisir une solution mixte, soit 50% en capital et 50% en rente.

 

Si on choisit le capital, la question est ensuite de savoir ce qu’on va faire de cet argent.

Il faut faire le calcul du revenu que l’on peut raisonnablement attendre de son capital. Dans ce contexte, je ne peux que conseiller une attitude prudente, disons typiquement suisse. Un rendement un peu plus bas, mais avec un risque limité est conseillé pour protéger son minimum vital. Mais il faut aussi vivre et utiliser une partie du capital chaque année. Il existe aujourd’hui des calculateurs qui vous permettent d’estimer quelle somme vous pouvez retirer chaque année avant l’épuisement du capital.

 

Tout dépend aussi de vos charges fixes…

Un autre élément peut jouer un rôle: êtes-vous, ou non, propriétaire? Dans votre calcul, il faut tenir compte du loyer, des assurances et des autres charges fixes. Mais si vous êtes propriétaire, il ne faut pas oublier le coût de l’entretien de la maison. Et puis, dans les premières années de la retraite, il y a souvent un besoin de disposer d’un revenu un peu plus important que plus tard, parce que vous avez envie de faire des voyages ou de belles sorties avec des amis, activités qui diminuent avec l’âge.

 

Un autre point est évidemment celui de la fiscalité.

En choisissant le capital, les montants payés aux impôts vont être importants au départ. Mais vous ne payez qu’une fois. Dans le cas de la rente, vous allez payer chaque année. On sait, grâce aux calculateurs, que sur une durée longue, celui qui touche le capital paiera toujours moins d’impôts que celui qui choisit la rente. D’autant que le revenu de l’AVS s’ajoute à celui de la rente, ce qui augmente aussi le revenu annuel imposable.

 

Le départ à l’étranger, offre-t-il un avantage fiscal…

A priori, il faut avoir d’autres motifs de quitter la Suisse que celui de la fiscalité, au risque de faire une mauvaise affaire. J’aime mon pays et je n’ai pas envisagé de partir… alors autant explorer d’autres pistes! Si vous pensez comme moi, alors vérifiez avec votre employeur si vous pouvez réduire votre taux d’activité. Par exemple, en travaillant à 50% dès 63 ans, ce qui vous permet de toucher le 50% de votre capital. Le taux d’impôt est proportionnel au montant du capital, donc il sera nettement plus bas si vous en prélevez seulement 50%. Et à 65 ans, vous partez à la retraite et touchez la seconde partie de votre capital. Cela dit, la question à la fin est toujours la même: le jeu en vaut-il la chandelle? Economiser quelques milliers de francs est une chose, la qualité de vie en est une autre.

 

Pourquoi dites-vous qu’il faut se préparer à l’avance?

Si je m’aperçois assez tôt que le montant de ma retraite ne sera pas assez élevé, j’ai encore le temps de remédier à cette situation en faisant des rachats dans ma caisse de pension, jusqu’au maximum permis par son règlement. Et le cercle est vertueux: plus je fais de rachats, plus j’économise des impôts. Et plus j’ai de liquidités disponibles l’année suivante pour faire des rachats…

 

Se faire conseiller, c’est à conseiller?

Je pense que oui. Encore une fois, la situation de chacun est unique. Quant à moi, même si je me suis intéressé tôt à la question, cela ne m’a pas empêché de m’adresser à une personne de conseil. Et là, le Groupe Mutuel peut vous aider.

 

L’expert de ce blog – Willy Lerjen

Senior Relationship Manager au Groupe Mutuel, Willy Lerjen a une longue expérience dans le domaine de la prévoyance professionnelle et privée. Titulaire du brevet et diplôme fédéral de spécialiste en assurance sociale, il conseille les grandes entreprises et associations pour toutes les questions dans le domaine des assurances de personnes.

CorporateCare vous accompagne dans la santé au travail

Les incapacités de travail font partie du quotidien des entreprises et leurs coûts sont élevés. Le Groupe Mutuel a développé un ensemble de mesures spécifiques qui vous soutiennent dans la gestion des absences et favorisent le retour au travail des collaborateurs. A condition toutefois de respecter le délai d’annonces des incapacités.

En Suisse, un employé est absent en moyenne plus d’une semaine par année pour cause de maladie ou d’accident. Le pilotage des absences proposé par le Groupe Mutuel s’inscrit notamment dans la démarche du programme CorporateCare, qui inclut l’analyse de la situation, l’instruction du cas, et la mise en place d’un suivi pour les cas complexes. Ce programme vous permet de réduire les coûts des absences par une gestion active et intégrée, d’augmenter la présence de votre personnel et de trouver l’équilibre entre la performance et le bien-être au travail. Avec cette approche, vous optez ainsi pour un management bienveillant.

Les trois étapes du programme CorporateCare

La première consiste en une gestion de vos incapacités de travail, au cours de laquelle votre gestionnaire attitré pilote de manière efficace et rapide vos annonces d’absences. Cette démarche vous garantit un suivi individuel des cas annoncés. Pour ce faire, votre gestionnaire peut compter sur l’expertise de plusieurs métiers et compétences : médecins-conseils, case managers, inspecteurs de sinistres, spécialistes de la lutte contre la fraude et médiateurs. Dès l’annonce d’une absence et en parfaite collaboration avec la personne de contact au sein de votre entreprise, le Groupe Mutuel se charge des étapes d’instruction et vous libère de toute contrainte. Les cas complexes font l’objet d’un suivi spécifique et d’une coordination avec les institutions impliquées (AI, assurance chômage, caisse de pension, etc.).

La deuxième étape, elle, vous propose une analyse détaillée de votre sinistralité, où nos spécialistes en Gestion de la Santé au Travail suivent et analysent l’évolution de celle-ci. Grâce à des reportings précis, ces experts sont en mesure de vous fournir des indicateurs précieux sur les causes des absences au sein de votre entreprise. Ils vous proposent un bilan complet pour prioriser au mieux les mesures à mettre en place. Et ils déterminent avec l’employeur les actions à réaliser, allant de la mesure spécifique et du processus de gestion des absences à l’implémentation d’un programme complet de santé en entreprise.

Enfin, la troisième étape vous offre un soutien étroit dans la mise en place de mesures d’accompagnement. Nos spécialistes vous libèrent de toutes les démarches administratives. Ils vous soutiennent dans la mise en oeuvre et l’organisation des mesures visant à mieux maîtriser vos absences, promouvoir la santé dans votre entreprise ou prévenir les accidents. Ces actions sont réalisées en fonction de vos besoins et avec votre collaboration. Elles permettent de diminuer voire de supprimer les facteurs de risques pour réduire le nombre d’arrêts de travail. Elles augmentent la performance de vos équipes en renforçant le «capital-santé», la résistance et la motivation de tous vos collaborateurs. Les cadres, eux, sont également formés à mieux gérer les absences au sein de leurs équipes. Enfin, des évaluations et mesures régulières de l’impact des actions entreprises sont réalisées.

 


L’exemple de Tertianum

Tertianum s’occupe de personnes âgées dans 84 sites répartis dans toute la Suisse (1835 appartements et 3270 lits médicalisés). Parmi les leaders du marché, le groupe emploie 4860 collaborateurs motivés et bien formés (âge moyen: 42 ans, 76% de femmes, 24% d’hommes, 94 nationalités). Ayant procédé en collaboration avec le Groupe Mutuel à l’implémentation d’un programme complet de CorporateCare, les institutions Tertianum en Romandie ont ainsi pu enregistrer une réduction notable du taux d’absentéisme, ainsi qu’une augmentation de la qualité des performances des collaborateurs et de la satisfaction de ceux-ci au travail. Expérience concluante donc, en sachant bien sûr que le défi s’inscrit dans la continuité. Pour Tertianum, «le Groupe Mutuel a toujours proposé et offert concrètement son soutien. Sa contribution a été très importante pour la formation. Il nous a donné les boîtes à outils et des soutiens concrets.»


 

Envie d’en savoir plus? Contactez-nous!

Groupe Mutuel

Nicolas Caloz

Entreprise & Prévoyance
058/758 51 05
[email protected]
www.groupemutuel.ch

 

L’expert de ce blog – Nicolas Caloz

Responsable CorporateCare et cadre supérieur au Groupe Mutuel, Nicolas Caloz compte 20 années d’expérience dans le domaine de l’assurance. Spécialiste breveté en assurances sociales et passionné par le domaine de la santé, il est titulaire d’un CAS en économie et politique de la santé de l’Université de Lausanne. Une prochaine formation en management de la santé complètera bientôt son parcours académique. L’intérêt pour la branche, la bienveillance, un esprit pragmatique et le souci des actions concrètes et du détail guident ses réflexions au quotidien.

Et si, pour une fois, je lisais bien mon certificat de prévoyance?

Le premier trimestre de chaque année correspond traditionnellement à la période d’établissement des certificats individuels du 2ème pilier. Habituellement, à réception de ce document, je jette un rapide coup d’œil à la rubrique d’épargne accumulée sur mon compte au 1er janvier, avant de mesurer l’ampleur de l’écart jusqu’à la somme prévue pour ma retraite. Puis, me disant que « tout peut changer d’ici-là », je classe ce document, pour l’oublier définitivement jusqu’à l’année suivante. Pratiquez-vous comme moi?

 

Chaque donnée est importante

L’état du compte d’épargne constitue probablement la donnée la plus consultée. Le certificat contient l’indication au 1er janvier, les bonifications d’épargne de l’année en cours et les intérêts crédités durant l’année. La mention du taux d’intérêt est pertinente, elle vous permet de vérifier si le rendement offert par votre caisse de pension dépasse le 1% défini par le minimum LPP et d’évaluer les opportunités ainsi offertes.

Une période propice aux rachats pour améliorer sa prévoyance

En 2020, malgré le contexte économique morose, les marchés boursiers ont offert des rendements appréciables aux caisses de pension et des attributions d’intérêts intéressantes ont pu être faites. Par exemple, avec un taux d’intérêt de 3% dans le 2ème pilier, il existe un avantage non négligeable à transformer l’épargne traditionnelle d’un compte bancaire en un rachat sur le compte de prévoyance.

La rubrique relative à l’état des comptes informe également sur la part minimum LPP inclue dans l’avoir total, ainsi que sur les bonifications annuelles. Un écart important entre ces deux chiffres démontre la générosité du plan de prévoyance auquel l’entreprise a souscrit.

Dans le même ordre d’idée, le financement permet de vérifier la répartition des cotisations entre l’employeur et ses employés. Dans le 2ème pilier, les salariés participent aux décisions par l’intermédiaire de la commission LPP de l’entreprise, composée du même nombre de représentants des employés et de l’employeur. Les membres de cette commission doivent être connus et sont en principe mentionnés sur le certificat de prévoyance.

 

Les prestations assurées

Le certificat contient également des informations sur les prestations d’invalidité et de décès, aussi bien au niveau de la somme assurée que des différents délais d’attente. Les règles relatives à la coordination entre les assurances sociales prévoient que les prestations cumulées ne doivent pas dépasser 90% du gain perdu.

De ce fait, les prestations d’invalidité et de décès du 2ème pilier sont ajoutées aux rentes de l’assurance invalidité ou survivant dans le cas où le sinistre est lié maladie. En cas d’accident, l’assurance selon la LAA intervient aux côtés du 1er pilier, alors que le 2ème pilier n’intervient que de manière subsidiaire et limitée au minimum LPP.

Enfin, le certificat de prévoyance mentionne de nombreuses informations supplémentaires dont il faut vérifier l’exactitude. La date de naissance, par exemple, peut être erronée en raison d’une simple erreur de saisie, mais elle conditionne de nombreux calculs, dont celui des prestations de retraite. Il est donc utile de faire rectifier sans tarder toute erreur constatée.

Une explication supplémentaire?

La configuration des caisses de pension est vaste et diverse. Dans tous les cas, vous trouverez un gestionnaire au sein même de votre caisse de pension qui pourra soit vous renseigner directement soit vous fournir les coordonnées de la personne la plus à même de vous expliquer vos couvertures de prévoyance.

N’hésitez pas, de temps en temps, à faire appel à des conseils éclairés, ils vous permettront non seulement de comprendre mais peut-être d’améliorer votre situation.

 

L’experte de ce Blog – Marlène Rast

En possession d’un bachelor en économie et d’un Executive MBA en management, Marlène Rast veille sur les activités de prévoyance professionnelle du Groupe Mutuel depuis 1994. Entourée d’une vingtaine de collaborateurs spécialisés dans le 2ème pilier, elle gère des caisses de pension d’entreprise ou de corporation de droit public, ainsi que la fondation collective du Groupe Mutuel qui regroupe 2’700 employeurs situés dans toute la Suisse.

Nouvelle fiscalité pour les frontaliers: quelle taxation choisir?

Employeur, vous comptez des frontaliers parmi vos collaborateurs. Ceux-ci connaissent l’impôt à la source, un type de taxation qui a ses avantages et ses inconvénients. Jusqu’à maintenant, son caractère obligatoire dispensait d’en calculer l’impact sur les impôts. Depuis début janvier, l’imposition à la source ne permettra plus de demander une révision en fin d’année afin de faire valoir des déductions. Explications en lien avec la situation en place à Genève.

 

Depuis le 1er janvier 2021 et à condition de remplir les critères pour l’obtention du statut de quasi-résident, votre collaborateur frontalier a la possibilité de demander une taxation ordinaire. Que pouvez-vous dès lors lui conseiller? Ce blog vous éclaire sur les différentes questions.

 

Votre collaborateur est-il quasi-résident?

En effet, seules les personnes éligibles au statut de quasi-résident peuvent désormais déduire leurs frais effectifs.

Pour cela, 90% des revenus du ménage de votre employé, toute nature confondue, doivent être imposables à Genève. La notion de ménage est importante car, par exemple, si Monsieur travaille à Genève et que Madame travaille de l’autre côté de la frontière, il est fort probable qu’ils ne puissent pas bénéficier du statut de quasi-résident. Pour la même situation, Monsieur pourrait l’obtenir s’il était célibataire.

Un autre point qui mérite également de l’attention est la valeur locative. Celle-ci est considérée comme un revenu étranger. Il faut donc la prendre en compte comme un revenu supplémentaire. Si la valeur locative d’un bien immobilier dépasse le 10% du salaire global du foyer, celui-ci ne pourra pas bénéficier du statut de quasi-résident et votre collaborateur sera considéré comme « non éligible ».

 

Demande de rectification de l’impôt à la source ou quasi-résident, quel est est le plus avantageux?

A Genève, deux options existent pour déduire ses impôts: la demande de rectification simple et le statut quasi-résident.

Dans la demande de rectification d’impôt simple, seules cinq déductions sont admises:

  • 3ème pilier A
  • Rachat de 2ème pilier
  • Pension alimentaire
  • Frais de garde
  • Frais de formation non remboursés par l’employeur

Avec le statut quasi-résident, la possibilité existe de remplir une déclaration d’impôt et de déduire les frais réels (assurance maladie, frais médicaux, frais de repas, intérêt de dettes…).

A l’impôt à la source, le collaborateur est taxé à un taux qui dépend de ses revenus et de sa situation familiale. Dans le taux de l’imposition à la source, des déductions (frais professionnels, assurance maladie, frais médicaux, etc.) sont déjà accordées à un taux forfaitaire

En revanche, lors de la déclaration d’impôt, si les frais réels sont supérieurs aux déductions forfaitaires déjà inclues dans le taux de l’impôt à la source, le collaborateur aura droit à un remboursement de la part de l’administration fiscale.

Nouvelle loi «révision de l’impôt à la source»: impact et changement

Depuis le 1er janvier 2021, toute personne qui souhaite faire valoir l’une des cinq déductions de la demande de rectification simple est obligée de passer par le statut de quasi-résident pour pouvoir le faire. Seules les corrections du barème et du taux d’imposition seront encore admis dans la demande de rectification simple.

Les personnes résidant à Genève et imposées à la source (ex. permis B) sont également impactées par cette loi. Elles doivent désormais remplir une déclaration d’impôt si elles remplissent l’un des critères suivants :

  • Revenu de plus de CHF 120’000 annuels (couples mariés compris)
  • Fortune imposable
  • Propriétaire d’un bien immobilier
  • Autres revenus non imposés à la source

 

Quand et comment demander une taxation ordinaire (quasi-résident)

Si votre collaborateur remplit les prérequis au statut de quasi-résident et fait le choix d’une demande de taxation ordinaire, il devra l’adresser au service des contributions de l’Etat de Genève avant le 31 mars 2021 et ne pourra plus changer davis pour lexercice concerné.

Il est donc important que les personnes concernées effectuent tous les calculs pour savoir quel type de taxation est le plus avantageux pour elles.

Il ne faut donc pas hésiter à faire appel à un professionnel pour ce type d’estimations. La fiscalité reste un domaine relativement compliqué et il vaut mieux avoir toutes les cartes en main pour pouvoir faire le meilleur choix.

 

L’expert de ce blog – Pascal Collaud 

Titulaire d’un brevet fédéral en assurance privée et de formations en Planification financière et fonds de placements IAF, Pascal Collaud rejoint le Groupe Mutuel Vie en 1998. Il y œuvre pendant 5 ans pour reprendre ensuite la responsabilité des réseaux de vente Suisse pour toutes les branches d’activité. Head Relationship management au sein de la division Entreprise du Groupe Mutuel depuis 2020, il a la charge de la relation avec les partenaires courtiers actifs dans le secteur des assurances entreprise au Groupe Mutuel (perte de gain maladie, assurance accident et prévoyance professionnelle).

Réussir sa stratégie de placement en 2020

En mars 2020, les marchés s’effondrent puis se reprennent progressivement. Comment une caisse de pension peut-elle conduire ses investissements alors que tous les signaux de l’activité sont au rouge ?

Quel choc! En à peine un mois, entre fin février et fin mars 2020, le Swiss Market Index a perdu plus de 27% et l’indice des fonds immobiliers suisses 20%! Même l’indice des obligations en francs suisses n’a pas pu se targuer d’être une valeur refuge puisque celui-ci a vu sa valeur se déprécier de 6%.

Pourtant, tout semblait aller bien. L’année 2019 avait apporté son lot de bonnes surprises, et en début 2020 les marchés continuaient sur leur lancée. Les taux bas semblaient démontrer que les alternatives se limitaient aux actions, cotées ou privées, ainsi qu’à l’immobilier.

Certains signes de surchauffe, que l’on pouvait éviter de voir en se cachant les yeux, étaient toutefois déjà présents en fin d’année dernière: une tendance régulière à l’abaissement des ratings obligataires, la poursuite du soutien des banques centrales et la valorisation des marchés, pour n’en citer que quelques-uns.

Le casse-tête des placements du 2ème pilier en période de Covid-19

La nature du choc vécu cette année n’était évidemment pas prévisible. Une caisse de pension se doit pourtant d’essayer de l’atténuer, en adoptant une politique anticyclique. Après une année extraordinaire en termes de résultats, Groupe Mutuel Prévoyance a abordé le nouvel exercice avec une sous-pondération en actifs risqués et une attribution supplémentaire à sa réserve de fluctuation de valeur. L’endettement des entreprises étant déjà très élevé, une attention particulière a été portée sur les débiteurs obligataires et sur les sociétés cotées avec une situation bilancielle faible.

Les expériences passées ont démontré que lorsque les signaux d’activité sont au rouge et que la panique s’installe, il est trop tard pour réagir. Durant ces périodes, les seules réactions positives sont une politique d’information claire envers le Conseil de Fondation et le maintien de la feuille de route que constitue la stratégie de placement.

Voir en chaque crise une opportunité

La situation actuelle, malgré la reprise de tous les types d’actifs, n’est pas rassurante. Le cocktail «baisse des entrées fiscales – augmentation de l’endettement» ne laisse pas entrevoir un avenir radieux à court terme. Pourtant, le train semble changer de locomotive et certaines petites révolutions nous poussent à envisager prudemment la lumière au bout du tunnel:

  • création de nouvelles chaînes de valeurs
  • adaptation des entreprises existantes
  • décisions sur la politique climatique
  • bond technologique en rapport avec la santé
  • essort de la communication digitale
  • utilisation rationnelle de l’énergie
  • renouvellement d’infrastructures obsolètes
  • approche plus humaniste de la globalisation

Comme chaque crise nous l’a démontré par le passé, cette année particulière est fertile en opportunités. L’art de la prévoyance constitue alors à savoir les saisir, les intégrer et les accompagner tout au long de leur évolution.

 

L’expert de ce blog – Gérald Mayoraz

Après avoir travaillé à Genève, Zurich et Toronto dans le domaine bancaire de l’asset management, Gérald Mayoraz est revenu dans son Valais natal. Titulaire d’un diplôme fédéral d’analyste financier et de gestionnaire de fortune, il est actuellement CIO au sein du Groupe Mutuel. A ce titre, il conduit le département de gestion des capitaux de l’entreprise.