La protection des photos à l’ère des médias sociaux

La photographie est un outil incontournable pour les entreprises de l’industrie créative. Pour générer un impact sur les médias sociaux, il est essentiel pour un individu ou une organisation d’avoir une présence visuelle forte. Il est bien connu qu’une simple image en dit plus que mille mots. De plus, une bonne image – publiée au bon moment – peut sortir une entreprise de l’anonymat, impacter l’esprit des consommateurs et ainsi l’aider à se différencier de ses concurrents.

Éviter la violation du droit d’auteur sur les médias sociaux

Lorsqu’une photo est partagée sur un réseau social, il est important de se demander si l’image peut être reprise et utilisée, sans autorisation, par une autre personne ou organisation. Un photographe professionnel doit donc non seulement investir du temps et de l’argent dans l’acquisition de son savoir-faire créatif et technique, mais aussi investir du temps dans l’apprentissage de la protection légale des travaux publiés sur les réseaux sociaux. Ce faisant, un photographe pourra protéger ses œuvres à court et à long terme.

La loi sur les droits d’auteur

Les photographes amateurs et professionnels peuvent utiliser la loi sur le droit d’auteur pour empêcher l’utilisation non autorisée de leurs photos, ce qui bénéficie à leurs affaires. La première étape consiste à examiner les termes et conditions associés à la plateforme de média social sur laquelle l’image est publiée. Il est nécessaire de savoir où, quand et par qui les images peuvent être ensuite utilisées.

La technologie actuelle permet également au propriétaire d’origine de l’image d’ajouter aux métadonnées des informations sur le droit d’auteur. Les données de protection du droit d’auteur peuvent, par exemple, être incorporées à un fichier JPEG à l’aide d’un programme de retouche de photographies. Un photographe peut, cependant, ne pas être au courant de cette caractéristique. Et même s’il en est conscient, savoir comment le faire nécessite quelque recherche.

Si une violation du droit d’auteur est découverte, la première démarche à faire consiste à demander à l’auteur de l’infraction de retirer la photographie. Si le fraudeur refuse, l’étape suivante consiste à demander une somme d’argent en échange de l’utilisation de l’image. Il est également possible de poursuivre dans les deux voies simultanément mais, dans la pratique, cela n’est pas courant.

Paul Cosmovici

Paul Cosmovici

Me Paul Cosmovici, avocat dans le domaine des marques, brevets et designs, travaille notamment pour des clients situés en Suisse, France, Allemagne, USA ou Royaume-Uni. Il a une grande expérience dans la stratégie liée à la propriété intellectuelle. Son expérience comprend la structuration de transactions commerciales, ainsi que la protection d’actifs de propriété intellectuelle. Me Paul Cosmovici conseille des entreprises menant des activités telles que pharmacies, aliments et boissons, FMCG, logiciels, banques, fonds d'investissement et universités publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *