L’aménagement du territoire, nouvelle Genferei ?

Est-ce que l’aménagement du territoire dans le canton de Genève est en train de devenir une nouvelle « Genferei » ? Alors que les électeurs genevois ont accepté, dimanche 9 février, l’initiative de l’Asloca « Davantage de logements abordables » a plus de 60%, ils refusaient dans la foulée le projet de densification de la zone de Cointrin, offrant pourtant des logements pour tous.

 

Et de trois…

Ce non dans les urnes va imposer un temps d’arrêt prolongé aux futurs projets.  Deux précédents refus ont précédé celui-ci. Ainsi la création d’un pôle d’excellence, le « Geneva Innovation Campus » au Grand-Saconnex et un projet de densification au Petit-Saconnex ont été rejetés le 24 novembre dernier. Ce triple nein offre un formidable terrain à tous les partisans de la décroissance et du « c’était mieux avant », à tous les conservateurs, autant de gauche que d’extrême-droite, qui se retrouvent dans cette vision passéiste et défendent une Genève immobile.

Le débat est désormais au point mort. Nous attendons tous les assises sur le développement, annoncées pour cet été par le Conseiller d’État en charge du territoire Antonio Hodgers. Il s’agit, cette année, de rapidement définir une vision durable pour notre territoire tout en assurant une réponse aux besoins économiques de demain. Interrogé dans les colonnes du journal Le Temps, le député PLR Adrien Genecand, explique que Genève se trouve : « à la fin d’un cycle. Antonio Hodgers ne va plus bouger et son successeur sera élu par des gens qui ne veulent pas construire, jusqu’à la prochaine crise. Mais pour l’heure, l’avenir est bouché, on n’a pas de vision à long terme. »

 

Bureaux vides : de quoi parle-t-on ?

Le fer de lance des opposants au développement ? Le nombre croissant de bureaux vides qui peinent à trouver preneur et qui pourraient, dans leurs rêves les plus fous, être transformés en appartements. Cette vision est un leurre ! La grande majorité des 300 000 m2 de surfaces de bureaux ne peuvent légalement pas être convertis en logements. Et même si c’était possible, d’un coup de baguette magique législative, nous en créerions à peine plus de 3000. Pas de quoi répondre à la forte demande.

Il est vrai que la location commerciale a un fort taux de vacance et que les prévisions de la croissance mondiale sont en berne mais il convient de définir le type d’espace dont nous parlons.  Ces 300’000 m2 vides sont très souvent des surfaces en mauvais état, inadaptées aux nouvelles formes de travail et affichant des loyers peu en phase avec le marché. L’aspect écologique, primordial aujourd’hui, manque dans ces anciens locaux. Une remise aux normes engendrerait des coûts dispendieux.

Les entreprises du marché endogène et exogène recherchent des bureaux ou des commerces près des nœuds de transports publics, des sorties d’autoroute voire même de l’aéroport, au détriment des autres localisations. Dans les faits, de nombreuses constructions récentes sont quasiment remplies. Elles témoignent d’une demande soutenue. Pont Rouge est plein à 100%, le BIRD à Blandonnet, le projet O’Vives ou encore EVOLUTION+/ Quartier de l’Étang poursuivent une dynamique commerciale très positive. Leurs surfaces, adaptées aux besoins d’aujourd’hui des entreprises, suscitent un grand intérêt.

Genève a besoin de surfaces pour rayonner à l’étranger. Les actrices et acteurs de l’immobilier, de l’urbanisme, de la politique et de la société civile doivent continuer à entretenir ce dialogue afin d’expliquer et de rassurer les citoyens. Tous les Genevois veulent la même chose : un canton dynamique dans lequel chaque habitant peut se loger, travailler, s’épanouir et trouver son bonheur.

robert-curzon-price

robert-curzon-price

Robert Curzon Price, a débuté sa carrière dans l’immobilier en 1997 après des études de commerce, de génie civil et d’architecture d’intérieur. Il travaille plusieurs années dans différentes régies genevoises. En 2006, il rejoint la direction de SPG Intercity. En 2013, il crée sa propre société et acquiert PARTNER REAL ESTATE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *