L’innovation en Suisse, c’est quoi ?

Une définition qui varie selon les points de vue

L’innovation est comprise de manière différente selon le contexte et les personnes. Pour certain-e-s, l’innovation est centrée sur une idée ou sur une invention, soit le fait d’imaginer quelque chose de nouveau. Pour d’autres, c’est le processus de recherche, souvent mené en laboratoire, qui fait l’innovation. 

« Ici, c’est en fait le “modèle d’affaire” de la nouveauté qui va permettre à cette dernière de réellement exister en tant qu’innovation »

En économie, deux conditions sont requises pour déterminer si une innovation est une réalité concrète :

  • La validation du marché, ou quand des clients potentiels sont prêts à acheter un produit ou un service pour en bénéficier,
  • Le mécanisme de rémunération de l’entrepreneur, qui permet de créer une marge de bénéfice pour développer l’entreprise. Ici, c’est en fait le « modèle d’affaire » de la nouveauté qui va permettre à cette dernière de réellement exister en tant qu’innovation – toujours dans sa définition liée à l’économie.

L’innovation, une affaire de régions

L’innovation prend sa source dans certaines régions du globe, plutôt que dans d’autres. Six principaux facteurs expliquent ce phénomène : 

  • La présence d’un réseau de recherche et d’enseignement local (universités, hautes-écoles, etc.), qui va à la fois nourrir le bassin de « talents » nécessaires aux entreprises ainsi que les résultats de la recherche (ces derniers étant très souvent la source de produits et de services innovants et commercialisables),
  • L’accès aux capitaux et donc la présence d’investisseurs (business angels, entreprises de capital-risque ou investisseurs de grandes entreprises, etc.) prêts à miser sur des idées et des équipes d’entrepreneurs, 
  • Une communauté d’entrepreneurs chevronnés, à un endroit donné. Certains d’entre eux en sont déjà à leur 3ème ou leur 4ème start-up et sont capables d’attirer des investisseurs plus facilement. D’autres deviennent eux même investisseurs, grâce à leurs expériences entrepreneuriales passées. C’est d’ailleurs ce facteur, en particulier, qui explique le succès de la Silicon Valley : des innovateurs légendaires ont financé les start-ups de la fin des années 90, qui ont elles-mêmes bâti l’Internet mondial d’aujourd’hui,
  • L’accès au marché : une fois l’innovation validée par des clients et munie d’un modèle d’affaire qui fonctionne, il s’agit de grandir et de convaincre davantage de clients. C’est la phase de « scaling-up ». C’est le moment où des start-ups dans des petits pays comme la Suisse, Israël ou la Suède, par exemple, doivent rapidement s’internationaliser,
  • L’environnement et le soutien dont les entrepreneurs bénéficient localement : par exemple, des routes, télécommunications, systèmes financiers et juridique fiables – sans oublier les entités qui soutiennent ces entrepreneurs (agences d’innovation, accélérateurs, coaches et mentors). Le canton de Vaud a développé plusieurs outils permettant de favoriser l’émergence de l’innovation et de lui faire franchir les étapes de validation du marché, de trouver un modèle d’affaire qui fonctionne et de l’aider à grandir,
  • Pour terminer, l’Etat joue un rôle important dans la fixation des conditions-cadres : lois, programmes d’accélération, aide pour les démarches administratives, soutien aux grands axes d’innovation. Fait non négligeable, il ne suffit pas, pour un gouvernement, d’injecter des sommes importantes pour créer une dynamique d’innovation. Les facteurs développés plus haut sont déterminants et leurs équilibres diffèrent selon les régions du globe.

En résumé…

Dans le canton de Vaud comme en Suisse, l’enjeu de l’innovation est de première importance, car notre pays ne bénéficie pas de matière première autre que celle des talents. Nous devons nous profiler de manière à figurer dans les places d’innovation internationales significatives dans les années à venir. Plusieurs technologies sont déjà en train de transformer nos industries et nos sociétés avec une rapidité jamais vue : intelligence artificielle, automatisation et robotique, technologies de soins, santé personnalisée ou informatique quantique, pour ne citer que celles-ci. 

Pour mieux comprendre l’innovation…

Pour exister et se renforcer, une place innovante comme celle de la région lémanique doit pouvoir se mesurer à d’autres places mondiales similaires – citons Stockholm, Paris, Londres, Berlin ou Tel Aviv. L’étude « Vaud innove », lancée le 12 septembre 2019 et publiée conjointement par la BCV, la CVCI et Innovaud, a par exemple comme objectif de présenter les spécificités de l’innovation vaudoise et sa place dans le monde, sous forme d’articles, interviews, graphiques et vidéos. Plus d’information

Patrick Barbey

Patrick Barbey

Patrick Barbey dirige Innovaud, l'agence pour l'innovation du Canton de Vaud. Ingénieur EPFL au bénéfice d’un MBA en gestion de la technologie, il a fait partie de l'équipe fondatrice de plusieurs entreprises. Il s’implique aujourd’hui dans le conseil aux start-ups, PME et grandes organisations. Spécialités et intérêts : entrepreneuriat, technologie, innovation, start-ups, scale-ups, intelligence artificielle, technologies mobiles, réseaux intelligents, énergie et aérospatial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *