Quand les machines ne peuvent se passer de l’Homme

Quand les machines ne peuvent se passer de l’Homme

A force d’imaginer un futur dans lequel les robots remplaceraient les humains, nous finissons par perdre de vue le vrai problème. Bien que les machines soient devenues indispensables pour les entreprises, celles-ci ne cessent d’embaucher toujours plus de femmes et d’hommes. Au lieu de supprimer des postes, elles investissent dans le digital et déplacent certaines tâches vers des robots, créant ainsi des emplois. En parallèle, des métiers nouveaux et complémentaires à ceux tenus par les machines voient le jour. Comment accompagner les collaborateurs face à la digitalisation ? Quelle stratégie RH mettre en place afin que l’entreprise dispose des compétences dont elle a besoin ?

 

Favoriser la formation continue

La digitalisation n’est pas prête de s’arrêter mais, contrairement aux scénarios alarmistes apparus il y a quelques années, elle est source d’opportunité pour les femmes et hommes qui développent des compétences transférables. En effet, 94% des employeurs suisses envisagent une hausse ou le maintien de leur effectif. Le challenge en tant que leader est de trouver la bonne formule pour que les employés puissent faire équipe avec les machines. Nous devons nous atteler à créer une culture qui valorise et mette au centre de ses priorités l’apprentissage et la construction des talents. Les compétences demeurent en effet la clé de la croissance et il est de notre devoir de favoriser la formation continue ainsi que la capacité d’apprentissage des employés. Or, dans le monde moderne, nous devons leur offrir des cycles d’apprentissages leur permettant d’acquérir les compétences nécessaires pour apprendre à travailler avec les machines et se réinventer rapidement afin de saisir les opportunités qui s’offrent à eux.

Adapter sa stratégie RH à l’ère du digital

A l’heure de la Révolution des compétences, nous vivons la pénurie de talents la plus importante jamais atteinte depuis douze ans. Des compétences nouvelles se développent aussi rapidement que d’autres deviennent obsolètes, amenant les entreprises à s’appuyer sur différentes stratégies RH afin de s’assurer de pouvoir disposer des compétences dont elles ont besoin. Celles-ci doivent plus que jamais entretenir une culture de l’apprentissage, aiguiller leurs employés sur la gestion de leur carrière et leur proposer des solutions pour acquérir des compétences nouvelles à travers des modules brefs et ciblés. Nous devons soutenir nos employés et leur fournir les outils adéquats pour se préparer aux métiers du futur. C’est pourquoi, afin de rester compétitifs et réagir de manière agile, les employeurs suisses sont appelés à développer une combinaison de stratégies RH : acquérir directement les compétences dont ils ont besoins, faire monter en compétences leur personnel, prodiguer des évaluations de leur personnel afin de proposer des passerelles et adapter leurs conditions de travail aux attentes des nouvelles générations.

Les qualités humaines demeurent les plus prisées

Humains recherchés pour épauler les robots_brochure
Révolution des compétences 4.0

Les compétences technologiques et numériques sont de plus en plus recherchées dans tous les métiers. Or, bien que l’automatisation soit devenue la norme et que les machines aient gagné en efficacité dans l’exécution de tâches routinières, ce sont les qualités humaines que les employeurs valorisent de plus en plus. Et si 44 % des entreprises suisses peinent à former leurs salariés aux compétences techniques les plus demandées, 30 % rencontrent encore plus de difficultés à leur faire acquérir les qualités humaines dont elles ont besoin, comme le sens de l’analyse et la communication. L’avenir appartient donc à celles et ceux qui démontrent des compétences cognitives supérieures à la moyenne, de la créativité, des aptitudes à assimiler et à exploiter des informations complexes, tout en étant à la fois flexibles et agréables à vivre.

Leif Agnéus

Leif Agnéus

Leif Agnéus a acquis une solide expérience de management et de leadership au sein de grands groupes durant près de 25 ans. En 2000, il s’engage auprès de l’un des principaux acteurs du recrutement au niveau suisse et international. Leif Agnéus dirige avec passion Manpower Suisse depuis 2017. Il est titulaire d’un Master of Science in Global Hospitality Business de l’Ecole Hôtelière de Lausanne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *