GameStop: cas d'école d'une révolution en marche

GameStop : cas d’école d’une révolution en marche

Les fameux millenials ou « Génération Y » chamboulent les marchés financiers. A l’aune des confinements successifs et de la facilité d’investir grâce à de nouvelles plateformes, ils misent avant tout sur des actions qu’ils connaissent et apprécient. Le cas GameStop en est le dernier exemple en date. Et ce n’est que le début d’une grande révolution : après la bourse, les jeunes s’intéresseront au marché du private equity. L’accès au capital des sociétés non cotées va en effet connaître un changement de paradigme majeur grâce à la blockchain.

 

Démocratisation du private equity 

Imaginez seulement : vous vous rendez régulièrement dans votre restaurant préféré. Vous connaissez le patron, les employés et vous y retrouvez souvent vos amis. La crise remet en cause l’existence-même de votre enseigne préférée. Plutôt que d’organiser un crowdfunding, vous proposez au propriétaire d’ouvrir son capital grâce à la blockchain. Les parts sont fractionnées en « token » de quelques centimes, vous permettant de devenir copropriétaire de l’établissement de manière simple et rapide. Ce rêve deviendra réalité sous peu en Suisse et ailleurs. Ainsi, il sera tout aussi facile d’investir dans une PME « traditionnelle » que d’acheter des actions Apple ou Tesla. Une option qui était jusqu’à peu réservée aux fonds de pension et autres family offices.

Plusieurs facteurs me permettent d’affirmer que le private equity représente l’avenir de l’investissement pour le grand public. Le développement technologique lié à la blockchain d’une part, et la création récente de plateformes de vente et d’achat de token adoubées par les autorités financières d’autre part. A cette facilité d’investissement à moindre frais s’ajoute l’aspiration des nouvelles générations à soutenir des projets qui font écho à leurs valeurs et à leurs intérêts. Ajoutez à cela la possibilité d’obtenir un rendement financier alors qu’elles ne connaîtront probablement jamais les taux positifs dont jouissaient leurs parents, et vous obtenez le combo gagnant.

 

Les bons indicateurs avant d’investir

Du point de vue de l’investisseur, les indicateurs clés restent les mêmes en vue de l’engagement de son capital dans une entreprise, cotée ou non :

  • Le management et l’équipe : comment la société est-elle gouvernée ?
  • Stratégie : en quoi la société se démarque-t-elle, comment compte-elle disrupter le marché ?
  • Finances : quelle est la santé financière de la société ?

Le private equity permet d’affiner ces indicateurs, notamment grâce à la proximité et l’accessibilité des dirigeants d’une PME :

  • Le feeling : la bonne entente avec les dirigeants est indispensable, tout comme le fait de partager la même vision et les mêmes valeurs.
  • Le prix, bien sûr : ne pas acheter trop cher et faire attention si la société prépare une entrée en bourse, les prix ayant tendance dans ce cas à flamber sans corrélation avec sa véritable valeur.
  • Le business model : plus il est simple et compréhensible par tout un chacun, plus il a de chances de succès.

Aujourd’hui, non seulement le cash ne rapporte rien mais il peut coûter cher. Le besoin d’actifs rentables et accessibles va immanquablement s’intensifier auprès du grand public. Avec une bonne éducation financière, il sera véritablement en mesure de modifier le visage de l’économie. Pour le meilleur ou pour le pire ?

Alexandre Bonvin

Alexandre Bonvin

Après des études au sein de la London School of Economics et un passage chez Investis Group, Alexandre Bonvin fonde Audacia en 2018. A la tête de cette « holding company », l’entrepreneur valaisan cherche à acquérir des sociétés actives dans l’e-commerce. Spécialiste du private equity et businessman dans l’âme, Alexandre regroupe ses nouvelles entités au sein de son pôle de compétences en marketing et commerce digital. Il les accompagne dans leur développement international avec l’appui des meilleurs talents du numérique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *